La Presse canadienne Jagmeet Singh.

TORONTO — Une professeure de science politique soutient que la chahuteuse raciste qui a perturbé un rassemblement du candidat à la direction du NPD, Jagmeet Sing, démontre l’existence d’une discrimination qui convainc les minorités à ne pas s’aventurer sur la scène politique.

Une vidéo diffusée sur You Tube d’un rassemblement qui s’est déroulé la semaine dernière à Brampton, en Ontario, montre les images d’une femme interrompant le discours de M. Singh et l’accusant d’appuyer la charia et les Frères musulmans.

M. Singh, qui est Sikh, a répondu à la dame qu’il ne se laissera pas intimider par la haine.

«Tout le monde dans cette salle vous aime, vous appuie. Nous croyons en vos droits», a-t-il dit pendant que la chahuteuse continuait de crier.

Selon Erin Tolley, une professeure associée à l’Université de Toronto, l’incident permet de rappeler que si le Canada encourage le multiculturalisme, les opinions racistes continuent de se manifester au pays.

«Le Canada est devenu très complaisant envers son multiculturalisme, au point qu’il cache le nombre de Canadiens qui nourrissent des sentiments racistes», a-t-elle commenté.

Mme Tolley a dit que des études démontraient qu’environ 30 pour cent des Canadiens avaient des opinions racistes contre des candidats issus des minorités. Cela peut expliquer pourquoi les membres des minorités hésitaient à embrasser une carrière politique ou à y renoncer.

«Pour un de mes travaux de recherche, je discuter avec des gens qui ont tenté d’obtenir l’investiture de leur parti. Plusieurs candidats de couleur ont été étonnés par l’expérience négative qu’ils ont traversée. Ils y repensent par deux fois avant de continuer», a-t-elle raconté.

Elle a rappelé que si M. Singh devenait chef du NPD en octobre, il deviendrait le premier chef d’une grande formation fédérale à être issu d’une minorité visible. Selon elle, si on tient compte du lien entre le multiculturalisme et le pays, il serait grand temps.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!