Paul Chiasson | La Presse Canadienne

La proposition du Parti québécois (PQ) de revoir le financement des cégeps anglophones une fois au pouvoir «ne tient pas debout» et va à l’encontre de ce que les jeunes Québécois souhaitent, selon le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ).

François Legault s’est prononcé sur la question, lundi. À son avis, il est «normal» que les jeunes francophones et allophones aillent perfectionner leur anglais au cégep.

«On n’ira pas les pénaliser indirectement, comme le propose le Parti québécois, en réduisant le financement des cégeps anglophones», a-t-il affirmé, en marge d’un événement à Montréal, lundi après-midi.

La veille, le 17e congrès des membres du PQ avait entériné la proposition selon laquelle un gouvernement péquiste s’assurerait que le financement des établissements anglophones corresponde «au poids démographique» de la communauté anglophone.

Le PQ vise ainsi à freiner l’exode des jeunes francophones vers les collèges anglophones. Le parti n’irait pas jusqu’à étendre la loi 101 aux cégeps. Le libre choix serait donc maintenu: les francophones et les allophones pourraient fréquenter un cégep anglophone.

M. Legault prétend que la question a déjà été amplement débattue. «J’ai été au PQ, puis à l’époque on a débattu, et la grande majorité des jeunes souhaite être capable, s’ils le veulent, d’aller faire leur cégep en anglais», a-t-il dit.

«(La décision du PQ), c’est une mauvaise décision, puis évidemment, nous la CAQ, on ne veut pas changer cette situation», a conclu M. Legault.

La semaine dernière, le Parti libéral du Québec ainsi que Québec solidaire avaient tous deux plaidé en faveur du statu quo dans les cégeps de la province.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!