Sean Kilpatrick Sean Kilpatrick / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le gouvernement fédéral maintiendra le cap sur son controversé projet de réforme fiscale même si de nouveaux indicateurs viennent témoigner d’une reprise économique au Canada, a prévenu mardi le premier ministre Justin Trudeau.

Le ministère des Finances a annoncé plus tôt mardi que le déficit budgétaire fédéral de l’exercice 2016-2017 se chiffre finalement à 17,8 milliards $, soit 23 pour cent de moins que les 23 milliards $ prévus dans le budget du printemps dernier.

Sans grande surprise, M. Trudeau a établi mardi un lien entre ce déficit moins important que prévu et la stratégie du gouvernement pour soutenir l’économie en aidant la classe moyenne. Mais il a aussi refusé de céder sur le fond concernant l’élimination d’allégements fiscaux qui permettent notamment à des petits entrepreneurs, dont des agriculteurs, de payer moins d’impôt.

«Pendant qu’on continue avec cette réforme-là, on va s’assurer que les Canadiens comprennent que ça ne vise pas du tout la classe moyenne — qu’on est là pour aider la classe moyenne, y compris les petites entreprises, les fermiers et les autres», a-t-il dit en conférence de presse à Ottawa.

La réforme fiscale, proposée pour consultation par le ministre des Finances, Bill Morneau, en juillet, a provoqué la colère chez les médecins, agriculteurs et petits entrepreneurs qui peuvent actuellement se constituer en société pour payer moins d’impôt. La mesure a suscité la grogne au sein même du caucus libéral.

«On est encore en train d’écouter, de réfléchir et d’entendre les suggestions et les préoccupations de bien des Canadiens», a précisé M. Trudeau mardi, avant de s’envoler pour New York.

Le ministère des Finances a aussi annoncé mardi que les revenus du gouvernement avaient reculé de 0,7 pour cent, ou 2 milliards $, lors de l’exercice 2016-2017 comparativement à l’exercice précédent, notamment en raison d’une baisse des recettes fiscales provenant des particuliers; les revenus de la taxe sur les produits et services ont toutefois progressé.

Au chapitre des dépenses, les transferts aux particuliers et aux autres ordres de gouvernement ont augmenté, ce qui explique en bonne partie la hausse de 6,0 pour cent, ou 16,2 milliards $, dans les dépenses des programmes gouvernementaux, indique le ministère. La dette fédérale, quant à elle, s’élevait à 631,9 milliards $ le 31 mars, comparativement à 616 milliards $ un an plus tôt.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!