Adrian Wyld Adrian Wyld / La Presse Canadienne

NEW YORK — Le premier ministre Justin Trudeau a fait la promotion de ses priorités commerciales dites «progressistes» aux États-Unis, mardi soir, soulignant que les politiques favorables aux travailleurs étaient essentielles pour que le libre-échange obtienne l’appui de la population.

M. Trudeau, qui est à New York pour l’Assemblée générale des Nations unies, prononçait un discours alors qu’il recevait un prix décerné par le groupe de réflexion Atlantic Council pour son engagement envers la diversité et le commerce international. La reine Rania de Jordanie lui a présenté son prix et a vanté ses valeurs et son travail pour aider les réfugiés syriens.

Dans son allocution, le premier ministre a déploré que ses détracteurs à Ottawa se soient moqués de son gouvernement qui tient à ajouter des chapitres sur l’égalité des sexes, les droits des autochtones et les protections aux travailleurs dans la nouvelle mouture de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) — selon eux, ces sujets n’ont aucun rapport avec le commerce.

Mais selon M. Trudeau, ces clauses sont loin d’être superflues pour ceux qui veulent préserver le libre-échange dans un contexte où le populisme menace plusieurs accords internationaux en Europe, en Asie et en Amérique du Nord.

«Certains semblent être perplexes face à cela. C’est comme s’ils s’attendaient à ce qu’on s’occupe du commerce exactement comme nos parents le faisaient il y a vingt-cinq ans», a-t-il déclaré.

Il a assuré que les accords commerciaux avaient été largement bénéfiques pour la majorité des citoyens. Il a toutefois reconnu que certaines failles dans ceux-ci avaient entraîné des conséquences négatives, notamment du côté manufacturier.

«Nous devons faire un meilleur travail pour s’assurer que le commerce bénéficie aussi à la classe moyenne et à ceux qui travaillent fort pour se joindre à la classe moyenne», a-t-il soutenu.

«En résumé, le commerce progressiste n’est pas frivole», a-t-il ajouté.

Il a cité l’exemple de la protection des travailleurs. Selon certaines sources, le gouvernement canadien espère que le nouvel ALÉNA comprendra une plus grande protection pour les travailleurs mexicains et la fin des lois «right-to-work» qui limitent les grèves potentielles.

Justin Trudeau a fait son allocution à bord d’un porte-avions sur la rivière Hudson, où le gala du Atlantic Council avait lieu.

Préserver l’ordre international

Son discours comprenait trois thèmes: le commerce progressiste, la promotion des droits de la personne et la préservation de l’ordre multilatéral hérité à la fin de la Deuxième Guerre mondiale — dont plusieurs paliers ont été critiqués par le président américain Donald Trump.

M. Trump estime que les Américains dépensent trop pour des institutions qui leur rapportent trop peu d’avantages. Il a d’ailleurs répété ces doléances mardi lors de son discours devant l’Assemblée générale des Nations unies.

Or, Justin Trudeau estime que ces institutions sont indispensables face à des défis comme le changement climatique, le terrorisme, les inégalités de revenus et les migrations massives.

«Les alliances qui ont soutenu la sécurité globale et la prospérité depuis 1945 sont mises à l’épreuve. Partout autour du monde, l’ordre international est mis à l’épreuve», a-t-il déclaré.

«Ce n’est pas un moment pour les retranchements. Il est temps pour les démocraties de l’Atlantique de renouveler notre engagement envers les standards universels des droits et libertés», a-t-il ajouté.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!