OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau respecte le droit d’autodétermination des peuples, mais refuse de jeter la pierre à Madrid qui fait tout pour empêcher les Catalans de l’exercer.

En conférence de presse à Ottawa, mardi, il a soutenu que son expérience des référendums passés lui avait appris qu’un pays ne devrait pas se mêler des affaires d’un autre pays.

«J’ai vécu plusieurs batailles référendaires en tant que fier Québécois, et une des choses auxquelles on s’attendait, c’est que d’autres pays ne se mêlent pas de nos processus internes», a-t-il dit.

Par conséquent, le premier ministre du Canada a affirmé qu’il n’aurait «pas de commentaires à faire sur la situation en Espagne» et les «processus internes» du pays.

Visiblement peu intéressé à s’étendre sur le sujet, M. Trudeau s’est toutefois dit «convaincu que le droit des peuples à l’autodétermination est important».

Et «c’est certainement quelque chose qu’on est en train de respecter et qu’on a toujours respecté par rapport à la situation ici au Canada», a-t-il insisté.

Le gouvernement central de Madrid fait tout pour bloquer la tenue du référendum sur l’indépendance que prévoit organiser le gouvernement catalan de Barcelone le 1er octobre prochain.

Au cours des derniers jours, les policiers ont confisqué affiches et prospectus faisant la promotion du référendum et la justice a menacé de sanctions pénales les maires qui y participeraient.

La consultation populaire sur l’indépendance de la Catalogne, une région autonome de l’Espagne, a été interdite par la Cour constitutionnelle espagnole, qui juge une telle démarche illégale.

Le gouvernement de l’Écosse, dirigé par les indépendantistes, a invité Madrid à s’inspirer de l’Accord d’Édimbourg, qui a ouvert la voie à la tenue du référendum écossais sur l’indépendance de 2014.

«Tous les peuples ont le droit de disposer d’eux-mêmes et de choisir la forme de gouvernement qui correspond le mieux à leurs besoins», a déclaré la secrétaire aux Affaires étrangères, Fiona Hyslop.

Elle a fait remarquer, dans ce communiqué publié samedi dernier, qu’il s’agissait là d’un principe «enchâssé dans la Charte des Nations unies».

Le Bloc québécois a demandé lundi au gouvernement de Justin Trudeau de dénoncer «le régime de terreur du gouvernement espagnol».

La formation a tenté mardi de déposer en Chambre une motion stipulant «que la Chambre des communes demande que soient respectés le droit de vote et la démocratie de la Catalogne».

Le dépôt de cette motion lui a cependant été refusé.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!