La Presse Canadienne

MONTRÉAL — L’officier montréalais dont l’héroïsme a permis de sauver des centaines de milliers de militaires à Dunkerque en 1940 n’a peut-être pas été nommé dans le film de Christopher Nolan, mais une plaque commémorative lui rendra maintenant hommage dans sa ville d’origine.

Les exploits du capitaine de frégate James Campbell Clouston sont relatés dans le film «Dunkerque», mais plusieurs observateurs, et des proches du militaire canadien, déploraient le fait que le réalisateur n’ait pas mentionné son nom, ne serait-ce qu’au générique.

Pourtant, ses efforts pour ramener au Royaume-Uni plusieurs centaines de milliers de soldats alliés coincés sur les plages de Dunkerque, dans le nord de la France, ont largement inspiré les scénaristes du film à grand succès de l’été.

Alors que les troupes allemandes s’approchaient et encerclaient Dunkerque, le capitaine de frégate montréalais a oeuvré sans relâche pendant six jours, sous le feu des bombardiers ennemis et des tireurs d’élite, pour superviser l’évacuation des troupes alliées — l’«opération Dynamo».

Les autorités militaires espéraient au départ pouvoir évacuer 45 000 soldats, mais ce sont finalement plus de 338 000 militaires qui ont pu gagner l’Angleterre, du 26 mai au 4 juin 1940, grâce à ce qu’il est maintenant convenu d’appeler «le miracle de Dunkerque».

Jeudi, des membres de la famille Clouston ont assisté à Montréal au dévoilement d’un panneau d’interprétation au lieu historique national du Canal-de-Lachine.

C’est le gouvernement fédéral qui rend ainsi hommage au capitaine de frégate Clouston, dans le cadre de son programme «Héros de chez nous». Les exploits courageux de «gens de toutes les origines qui ont contribué à l’effort de guerre» sont ainsi racontés par le biais de panneaux, d’expositions et d’événements spéciaux partout au pays.

James Campbell Clouston était né près du canal de Lachine en 1900. Il a très tôt appris à faire de la voile sur le lac Saint-Louis, et il a même remporté la coupe Challenge en 1913. Le jeune homme a quitté le Canada pour s’enrôler dans la Marine royale britannique en 1918.

Le capitaine de frégate a péri en mer le 2 juin 1940, au coeur de l’«opération Dynamo», quand son bateau a coulé dans la Manche après avoir été attaqué par un bombardier ennemi. Il retournait alors à Dunkerque après une brève rencontre en Angleterre pour coordonner le sauvetage des derniers soldats français et belges.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!