Adrian Wyld Adrian Wyld / La Presse Canadienne

NEW YORK — Justin Trudeau a évité de se laisser entraîner dans l’échange d’insultes entre les dirigeants américain et nord-coréen, choisissant plutôt de souligner que la diplomatie pourrait triompher dans cette impasse nucléaire.

Le premier ministre canadien a dit s’être entretenu plus tôt cette semaine avec le président sud-coréen à propos de possibles solutions à l’escalade de tensions en cours. Il a évoqué une éventuelle collaboration de la Chine, qui semble justement sur le point d’assumer un rôle de premier plan dans les efforts pour désamorcer la crise.

M. Trudeau a toutefois refusé de se prononcer sur les menaces proférées de part et d’autre. Kim Jong-un a qualifié Donald Trump de «dérangé» jeudi et s’est engagé à lui faire «payer chèrement» son discours devant les Nations unies où il avait menacé de «totalement détruire» la Corée du Nord.

«Comme toujours, je porterai une attention particulière à ce que nos voisins et amis américains ont à dire, a soutenu M. Trudeau. Mais ce n’est pas mon travail de donner mon opinion.»

Il a maintenu que le Canada concentre ses efforts sur des solutions diplomatiques tout en préservant de bonnes relations avec les États-Unis, tout particulièrement en pleine renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain.

Donald Trump a fait monter la pression sur Pyongyang, jeudi, par le biais de nouvelles sanctions économiques.

Le président américain a aussi annoncé que la Chine lui emboîterait le pas. M. Trudeau a confirmé plus tard dans la journée que Pékin ordonnera à ses banques de cesser de faire affaire avec la Corée du Nord.

Interrogé quant à la réelle gravité de la situation, Justin Trudeau a été sans équivoque.

«Le régime nord-coréen représente une menace non seulement pour la sécurité régionale, mais pour la paix dans le monde, a-t-il lancé. Le comportement et les déclarations téméraires ainsi que la mise au point d’armes nucléaires par la Corée du Nord représentent quelque chose dont tous les pays devraient être saisis et préoccupés.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!