Sean Kilpatrick Sean Kilpatrick / La Presse Canadienne

BANFF, Alb. — L’officier canadien le plus haut gradé du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD) soutient qu’il est temps de s’adapter aux menaces contemporaines.

Lors d’un discours au Global Business Forum de Banff, en Alberta, le lieutenant-général Pierre St-Amand a signalé que les pays et les extrémistes sont dorénavant dotés de plus grandes capacités.

Il a cité en exemple les missiles de croisière à longue portée pour avancer que «l’Amérique du Nord est un peu moins sûre qu’elle ne l’était il n’y a pas si longtemps».

Il a fait valoir qu’il est temps de moderniser le NORAD, qui soulignera bientôt son 60e anniversaire.

La semaine dernière, Pierre St-Amand avait prévenu le comité de la défense des Communes que les États-Unis ne seraient pas tenus de défendre le Canada s’il était la cible d’un missile balistique.

Jeudi, il a toutefois précisé que le principe de défense mutuelle est toujours valorisé au sein du NORAD.

Mardi, le premier ministre Justin Trudeau a réitéré que son gouvernement ne se joindrait pas au bouclier antimissile américain.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!