THE CANADIAN PRESS

Un nouveau face-à-face entre des groupes de droite et de gauche sur la question de l’immigration se prépare, cette fois à Saint-Bernard-de-Lacolle, où se trouve le plus important poste frontalier au Québec.

Le tout s’est mis en branle par un appel à manifester samedi prochain, appel lancé par une organisation proche de l’extrême droite, Storm Alliance, via sa page Facebook.

Il n’en fallait pas plus pour que l’organisme Solidarité sans frontières et le site Montréal antifasciste info lancent leur propre appel à la mobilisation pour contrer le geste de Storm Alliance.

Storm Alliance, dont le vocabulaire choisi lui permet de se défendre d’être raciste ou xénophobe, affirme vouloir dénoncer «les politiques de Justin Trudeau» et «la façon de gérer nos frontières».

L’organisme, dont la page Facebook québécoise compte un peu plus de 1600 membres, semble toutefois avoir du mal à réussir sa mobilisation.

Dans un message publié mardi sur le réseau social, l’organisme annonce l’annulation de la réservation d’un des deux autobus d’écoliers devant transporter des membres à la manifestation «faute de personnes» et signale que le second véhicule «n’est remplis qu a moitié (sic)».

L’auteur du message déplore au passage que «les québécois parlent plus qu’il n agisse (sic)» et ne cache pas son mécontentement par rapport au fait que «l’exécutif» doive payer le manque à gagner: «grand merci à tous ces personnes qui ne font que parler mais qui sont incapable d’agir quand vient le temps, mais qui par contre on le temps de dénigré tous les groupes comme nous qui donnent de leurs temps (sic).»

De son côté, Solidarité sans frontières invite tous ceux qui soutiennent les personnes migrantes et réfugiées et qui s’opposent au racisme à se joindre à la contre-manifestation.

L’organisme dit avoir prévu autobus et voitures en partance de Montréal pour les participants, invite les familles et les enfants et promet nourriture, breuvages et collations toute la journée ainsi que de la musique, des conférences et des activités sportives et artistiques.

La manifestation de Storm Alliance survient alors que l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a commencé un démantèlement partiel du camp de réfugiés au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle à la suite d’une importante diminution du flux de demandeurs d’asile.

Le campement temporaire avait été aménagé à cet endroit pour accueillir un nombre imprévu de demandeurs d’asile interceptés par la police alors qu’ils traversaient la frontière entre les États-Unis et le Québec de façon irrégulière. Au cours des derniers mois, les demandeurs d’asile étaient majoritairement d’origine haïtienne. On a aussi noté des gens d’origines indienne, mexicaine, colombienne et turque.

L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a lancé un appel d’offres pour l’installation de roulottes en prévision de l’hiver. Cet appel d’offres précise que l’on recherche des unités d’habitation pour l’hébergement de 200 personnes. Les soumissionnaires doivent y prévoir, outre l’espace pour dormir et s’alimenter, des services sanitaires et des espaces pour une buanderie, une clinique et la distribution de fournitures. Une clôture de périmètre et de l’éclairage sont également prévus sur le site.

Au cours des derniers mois, plusieurs demandeurs d’asile ont pu être hébergés dans la grande région de Montréal. En date du 26 septembre, on comptait encore 995 demandeurs d’asile qui bénéficiaient d’hébergement temporaire dans les environs, selon des données du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion du Québec.

Le ministère a aussi précisé que 4615 demandeurs d’asile en attente de traitement de leur demande par le gouvernement fédéral avaient été soutenus en date du 17 septembre pour trouver un logement permanent pour eux et leur famille.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!