STEVE AMSTRUP

NAIN, T.-N.-L. — Le gouvernement fédéral et les Inuits du Nunatsiavut ont conclu un partenariat pour protéger et gérer les eaux dans le nord du Labrador.

Un plan sur la gestion marine sera élaboré pour protéger une portion des côtes qui est plus longue que l’État de la Californie et qui héberge la plus grande concentration d’ours polaires dans le monde.

Parcs Canada indique que la démarche, appelée «Imappivut», permettra la cogestion des zones protégées et la reconnaissance «des droits et des intérêts des Inuits du Labrador».

Darryl Shiwak, ministre des Terres et du Développement naturel du gouvernement du Nunatsiavut — un territoire autonome inuit — estime qu’il est important que les Inuits contribuent au développement du projet.

M. Shiwak a expliqué ce plan servira d’abord aux communautés qui utilisent ces eaux, assurant que leurs points de vue se refléteraient dans celui-ci.

La déclaration d’intention signée vendredi «tentera de trouver de nouvelles solutions, comme des aires protégées autochtones afin de maintenir la santé des océans et des communautés côtières», est-il écrit dans le communiqué commun.

«Ce n’est pas un document contraignant, mais il signifie que nous travaillerons ensemble pour y arriver», a indiqué M. Shiwak.

«Nous avons toujours envisagé la façon dont nous aimerions que les eaux soient protégées et maintenant, nous avons une occasion avec le Canada qui arrive avec sa cible de protéger 10 pour cent de ces eaux d’ici 2020, et nous avons une occasion de faire partie de cela.»

La ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, indique que ce partenariat protégera la zone des impacts du changement climatique, tout en renforçant l’économie locale.

«Au moyen de l’intendance environnementale, de la formation et de l’emploi, nous fournirons des possibilités économiques pour les communautés inuites le long de la côte. Les deux gouvernements comprennent que nous pouvons protéger l’environnement tout en renforçant l’économie», a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Les eaux du Labrador bénéficient à plusieurs espèces d’oiseaux, de poissons et de baleines.

«L’initiative Imappiviut vise à reconnaître les liens qui unissent les Inuits du Labrador à l’océan ainsi que leurs droits et leurs connaissances qui s’y rattachent», a soutenu le président du gouvernement du Nunatsiavut.

«Il s’agit de respecter notre histoire et nos besoins actuels en établissant un partenariat avec le gouvernement du Canada afin d’élaborer un plan de gestion qui en fin de compte améliore la vie de ceux qui dépendent de l’eau et de l’écosystème lui-même.»

Le plan de gestion pourrait protéger une superficie de plus de 380 000 kilomètres carrés, mais le territoire exact reste encore à déterminer.

Alors que l’intérêt pour le gaz et le pétrole est de plus en plus grandissant dans la région, il est important de protéger les eaux, a fait remarquer M. Shiwak.

«Tandis que le Nord s’ouvre, nous sentons qu’il y aura plus de trafic maritime dans la région. Nous voulons avoir notre mot à dire sur la façon que cela sera géré.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!