THE CANADIAN PRESS

OTTAWA — Plus de neuf ans après l’enlèvement de la journaliste Amanda Lindhout, en Somalie, un homme fera face à des accusations, lundi, au palais de justice d’Ottawa.

Trois semaines de procès sont prévues pour juger Ali Omar Ader devant la Cour supérieure de l’Ontario.

Amanda Lindhout et le photographe Nigel Brennan ont été enlevés par un homme armé et masqué près de Mogadiscio, en août 2008, et ont été libérés le 25 novembre 2009.

Ali Omar Ader, un Somalien âgé de 40 ans, fait face à des accusations criminelles de prise d’otage pour avoir joué un rôle allégué de négociateur.

L’accusé a été arrêté par la GRC à Ottawa en juin 2015. Dans le cadre des motions préalables au procès, le printemps dernier, il a été révélé que le suspect a été arrêté après avoir été attiré au Canada par un scénario élaboré. Un des éléments du scénario était une fausse proposition de contrat de publication d’un livre.

La couronne a choisi l’option de l’accusation directe, évitant l’étape de l’enquête préliminaire.

En coulisses, une procédure confidentielle s’est déroulée en Cour fédérale du Canada relativement aux inquiétudes du ministère de la Justice que des informations sensibles soient divulguées durant le procès. Des renseignements qui pourraient nuire aux relations internationales, à la sécurité ou à la défense, selon le gouvernement.

L’avocat d’Ottawa Trevor Brown, qui représente Ali Omar Ader, n’a pas répondu aux demandes d’entrevue de La Presse canadienne.

Amanda Lindhout, âgée de 36 ans, a publié ses mémoires à la suite des 460 jours passés en captivité où elle relate notamment avoir subi des agressions sexuelles.

En 2009, la journaliste originaire de Red Deer en Alberta a créé la fondation Global Enrichment, un organisme à but non lucratif dédié à la formation de leaders en Somalie à travers l’éducation et des programmes communautaires.

Elle a aussi écrit des articles et donné des conférences sur le pardon, la compassion, la responsabilité sociale et la détermination.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!