Manu Fernandez / The Associated Press

Des politiciens et des personnalités québécois ont condamné le recours à la violence par la police espagnole, qui a tenté d’empêcher le déroulement normal du référendum sur l’indépendance de la Catalogne.

Les autorités espagnoles sont intervenues avec force à maintes reprises pour perturber la consultation populaire. Selon le gouvernement catalan, des centaines de personnes ont été blessées, dont certaines auraient subi des blessures graves.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a annoncé que son gouvernement «suit la situation de près»:

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, est resté prudent dans ses commentaires:

Le chef du Parti québécois Jean-François Lisée a quant à lui partagé une caricature sur son compte Twitter, en ajoutant que «l’enjeu, c’est la démocratie»:

La chef de Québec solidaire Manon Massé est sur place. Elle dénonce les décisions du président espagnol:

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a partagé le gazouillis de la mairesse de Barcelone, Ada Colau, et lui a fait part de son soutien:

La chef de Projet Montréal, Valérie Plante, s’est dite «bouleversée» par les événements:

Pour sa part, la chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, dénonce le silence de Justin Trudeau face aux événements:

L’ancien chef du Parti québécois Pierre Karl Péladeau est en Catalogne pour apporter son soutien aux électeurs:

Russell Copeman a rappelé que même s’il s’était battu contre l’indépendance du Québec, la démocratie devait être respectée:

L’animateur Guy A Lepage a comparé la situation au régime de Franco:

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!