OTTAWA — La rencontre entre les premiers ministres et les chefs autochtones, mardi, n’a pas satisfait le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard.

«Je suis déçu. Déçu d’abord du format», a-t-il affirmé en entrevue.

La rencontre qui a duré environ une heure et demie était trop courte, selon lui, et n’a pas permis d’avoir une réelle discussion sur les enjeux qui touchent les communautés autochtones.

«Pourquoi est-ce qu’on n’aurait pas pu rester pour le reste de la rencontre?», a-t-il demandé en faisant valoir que les autres sujets à l’ordre du jour comme légalisation de la marijuana et la réforme fiscale touchent également les Premières Nations.

Les trois grandes organisations nationales qui représentent les Autochtones, soit l’Assemblée des Premières Nations, le Ralliement national des métis et Inuit Tapiriit Kanatami, avaient été invitées à s’asseoir à la même table que les premiers ministres fédéral, provinciaux et territoriaux en avant-midi.

Parmi les questions soulevées, celle de la création d’un nouvel ordre de gouvernement. Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, aurait alors joué la carte constitutionnelle, selon les chefs autochtones présents.

«Si un gouvernement comme le Québec reste aussi froid devant nos revendications, je ne sais pas où ça s’en va», a affirmé Ghislain Picard.

«Le document présenté par gouvernement fédéral parle de relation de gouvernement à gouvernement, a expliqué M. Couillard. La Constitution canadienne reconnaît deux ordres de gouvernement: l’ordre fédéral et l’ordre provincial. Il n’y a pas d’autre ordre de gouvernement.»

«Alors, il faudrait qu’on clarifie si on veut créer et reconnaître un autre ordre de gouvernement, ce qui est par définition une conversation constitutionnelle à notre avis.»

Il a rappelé que le Québec ne participera pas à une telle conversation «sans que les enjeux du Québec soient également sur la table» et a spécifié que son gouvernement était déjà en engagé dans une relation de nation à nation avec les peuples autochtones.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!