TORONTO — Des chercheurs ontariens font partie de la vaste équipe qui a contribué au travail réalisé par trois professeurs établis aux États-Unis qui se sont vu décerner le prix Nobel de physique pour la détection d’ondes gravitationnelles sur Terre, une théorie d’abord présentée par Albert Einstein il y a plus de 100 ans.

Les trois scientifiques ont remporté le prix mardi pour avoir détecté les légères ondulations qui traversent l’Univers.

Le professeur d’astrophysique Harald Pfeiffer, de l’Université de Toronto, et plusieurs étudiants ont aidé l’équipe à découvrir que la collision de deux trous noirs causait les ondes.

L’Académie royale des sciences de Suède, qui décerne les prix Nobel, affirme que la détection des ondes entraînera une révolution en astrophysique.

Harald Pfeiffer ainsi qu’environ un millier d’autres scientifiques de plus de 20 pays ont collaboré au projet, qui s’est échelonné sur une cinquantaine d’années.

M. Pfeiffer a déclaré qu’il célébrerait le prix Nobel avec sa famille mardi soir en Allemagne, mais qu’il retournerait au travail le lendemain avec son équipe qui cherche d’autres ondes gravitationnelles.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!