HO HO / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — L’ancienne policière Stéfanie Trudeau, mieux connue par le surnom «matricule 728», a été reconnue coupable de cinq infractions au Code de déontologie des policiers du Québec.

La plainte contre l’ex-agente du Service de police de la Ville de Montréal concerne une intervention auprès d’un citoyen montréalais survenue le 20 mai 2012.

Le jeune homme, Julian Menezes, a été soumis à un violent tour dans un véhicule de patrouille alors qu’il n’était pas attaché et a été déposé sur une rue à l’autre bout de la ville par les policiers.

Dans une décision rendue vendredi, le Comité de déontologie policière a déclaré Stéfanie Trudeau coupable d’avoir manqué «de respect ou de politesse» à Julian Menezes; «d’avoir été négligente ou insouciante» envers la sécurité du jeune homme pour ne pas avoir bouclé sa ceinture de sécurité alors qu’il était menotté; d’avoir conduit «son véhicule de patrouille de manière brusque et erratique»; d’avoir omis de s’identifier à la demande du citoyen; et d’avoir «abusé de son autorité» en utilisant une force plus grande que nécessaire.

En contrepartie, elle a été jugée non coupable de quatre autres infractions, dont une concernant de présumées insultes racistes envers l’homme de descendance sud-asiatique.

Le partenaire de Mme Trudeau, l’agent Constantinos Samaras, a aussi été impliqué dans l’événement. Il a reconnu tous les faits et devrait faire l’objet d’une décision distincte.

Une soirée qui tourne au cauchemar

Selon le récit détaillé dans la décision du Comité de déontologie policière, les patrouilleurs Stéfanie Trudeau et Constantinos Samaras procédaient à une intervention auprès d’un cycliste à 2h45 dans la nuit du 20 mai 2012, parce que le vélo n’était pas muni d’un feu blanc à l’avant.

Julian Menezes et deux amies arrivent sur les lieux alors qu’ils retournent à leur domicile après avoir assisté à un mariage. Ils remarquent alors que le cycliste en discussion avec des policiers «a l’air effarouché». Ils s’approchent pour s’assurer que tout va bien. Le cycliste répond qu’il croit être victime de profilage parce qu’il arbore un carré rouge sur son sac. Les événements se déroulent en pleine crise étudiante de 2012.

S’ensuit une escalade de mots alors que les policiers demandent au trio de quitter les lieux et que les témoins refusent de partir. C’est à ce moment que «l’agente Trudeau court vers M. Menezes sans dire un mot, l’agrippe, le retourne, le pousse en direction de la voiture de patrouille et finalement le projette au sol», peut-on lire dans le document judiciaire.

Menotté à l’arrière de la voiture de patrouille, et sans ceinture de sécurité, Julian Menezes a été transporté à haute vitesse et soumis à des arrêts brusques qui lui ont causé des blessures à la tête. Il a finalement été déposé sur le trottoir, loin de chez lui, sans faire face à des accusations.

Julian Menezes s’est dit «content» que cinq chefs d’accusation aient été retenus contre la policière. En entrevue avec La Presse canadienne, mardi, il a indiqué être tout de même déçu que l’infraction de «discrimination raciale» n’ait pas été retenue.

La victime soutenait avoir été insultée par la policière à cause de son origine ethnique.

Au sujet des possibles sanctions, qui devraient être annoncées plus tard cette année, M. Menezes espère qu’elles seront sévères.

«Il y a quand même cinq chefs et pour la jurisprudence, c’est important», a soutenu le Montréalais.

Malgré la longueur et la lourdeur du processus de déontologie policière, Julian Menezes considère que «c’est une responsabilité citoyenne de changer le système quand on le peut».

Stéfanie Trudeau a quitté les rangs du SPVM en octobre 2015.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!