Sean Kilpatrick Sean Kilpatrick / La Presse Canadienne

WASHINGTON — Le regard d’Ivanka Trump porté sur lui, le premier ministre Justin Trudeau a expliqué pourquoi il espérait amener son père et président des États-Unis à inclure des idées progressistes comme des protections pour les femmes, l’environnement et les travailleurs dans un nouvel Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA). M. Trudeau a toutefois admis que certains articles pourraient être non contraignants.

Le premier ministre s’est retrouvé dans la position délicate de commenter sa relation avec Donald Trump sur scène lors d’un gala à Washington en présence de la fille du président à la table principale, à 15 mètres du micro.

Un certain nombre de personnes dans la salle ont grogné ou hué lorsque le modérateur a nommé le président Trump à l’occasion d’un sommet sur les femmes les plus influentes organisé par le magazine «Fortune».

M. Trudeau a affirmé que le président Trump et lui-même avaient en commun un objectif d’aider la classe moyenne, et il a cité des exemples de son soi-disant programme progressiste au Canada.

Il a obtenu quelques signaux d’approbation de la part d’Ivanka Trump au moment où il discutait des défis pour les femmes d’entrer en politique.

Le premier ministre prenait place avec son épouse Sophie Grégoire Trudeau au côté d’Ivanka Trump et de la conseillère adjointe à la sécurité nationale Dina Powell durant le gala.

M. Trudeau doit s’entretenir avec Donald Trump, mercredi.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!