KAMLOOPS, C.-B. — Trois Premières Nations disent être parvenues à un protocole d’entente avec Ottawa pour indemniser les Autochtones ayant fréquenté les pensionnats sans pour autant y résider.

Le Grand Conseil des Cris et les bandes Tk’emlups et Sechelt, en Colombie-Britannique, avaient entamé une action collective à la suite du règlement entre le gouvernement fédéral et quelque 86 000 survivants des pensionnats autochtones qui excluait les élèves n’ayant fréquenté ces établissements que «de jour».

En vertu de ce protocole d’entente, les deux parties s’engagent à résoudre l’affaire sans avoir recours aux tribunaux en parvenant rapidement à un accord.

Jo-Anne Gottfriedson, de la bande Tk’emlups, dit espérer que les qu’ils éviteront ainsi une bataille judiciaire pour les quelque 70 000 demi-pensionnaires dénombrés dans 140 établissements à travers le pays.

Elle juge que le gouvernement de Justin Trudeau s’est montré ouvert à trouver une solution.

«Nous sommes assurément optimistes à ce stade-ci parce que ça se fait attendre depuis trop longtemps et les demi-pensionnaires ont souffert autant que les pensionnaires», expose-t-elle.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!