Larry MacDougal Larry MacDougal / La Presse Canadienne

OTTAWA — La mère d’Amanda Lindhout a affirmé que l’un des ravisseurs somaliens allégués de sa fille craignait d’être «piégé» au moment où les arrangements pour le paiement d’une rançon étaient finalisés.

Lorinda Stewart a affirmé au tribunal, jeudi, à Ottawa, que des discussions avec Ali Omar Ader au début du mois de novembre 2009 avaient mal tourné car il avait soudainement eu peur et était en colère.

Amanda Lindhout, originaire de Red Deer, en Alberta, travaillait comme journaliste indépendante lorsque le photographe australien Nigel Brennan et elle ont été enlevés près de Mogadiscio en août 2008. Tous deux ont été libérés en novembre 2009.

Ali Omar Ader, un Somalien âgé de 40 ans, a plaidé non coupable à une accusation criminelle de prise d’otage pour son rôle allégué dans cette affaire.

Dans un enregistrement d’un appel téléphonique présenté devant le tribunal, Mme Stewart demande de parler à sa fille et au photographe australien avant tout transfert d’argent vers la Somalie.

À un certain moment, les ravisseurs demandaient 2,5 millions $ US, mais les familles n’avaient pu rassembler que 700 000 $ US après des mois d’efforts.

Le plan était de transférer de manière électronique le montant de la rançon de Sydney, en Australie, jusqu’à Mogadiscio par l’entremise d’un service de virement de fonds.

L’enregistrement montre qu’Ali Omar Ader était nerveux, demandant comment il pouvait faire confiance aux familles.

Une tentative initiale de payer la rançon n’a pas fonctionné, mais une seconde tentative a réussi.

Durant les discussions qui se sont étirées sur une période de 15 mois, Mme Stewart avait dû jouer le rôle de négociatrice, répondant parfois à des appels d’Ali Omar Ader en plein milieu de la nuit en raison du décalage horaire.

Trevor Brown, un avocat de l’accusé à Ottawa, a qualifié les circonstances de «surréalistes», et a laissé entendre qu’il était impossible de déterminer précisément quel rôle Ali Omar Ader avait joué dans la prise d’otages.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!