CALGARY — Telus a présenté ses excuses après avoir diffusé une publicité vieille de cinq ans qui a causé toute une controverse sur les réseaux sociaux, samedi.

Dans le texte de l’annonce, il était écrit que «ne pas avoir les chaînes de sport en plus haute définition (équivalait) à ne pas se lever pendant l’hymne national».

Un utilisateur de Twitter de Calgary a partagé une image de la publicité, la qualifiant de stupide et offensante.

L’entreprise s’est vite excusée, précisant que son annonce était vieille de plusieurs années et qu’elle n’aurait pas dû être diffusée.

Elle croit que l’image provient d’une affiche publicitaire datant de 2012, qui aurait été laissée dans au Saddlehome à Calgary.

Erin Dermer, une porte-parole de Telus, a ajouté que l’affiche sera retirée et que l’entreprise avait pris des mesures pour s’assurer qu’elle ne soit pas placée ailleurs.

«Cette publicité faisait partie d’une campagne ciblée en 2012 qui faisait la promotion des canaux de télévision en haute définition auprès des amateurs de hockey en Alberta et en Colombie-Britannique», a-t-elle déclaré dans un communiqué.

«Nous avons remercié ceux qui nous ont informés (de la situation) sur Twitter et nous retirons l’annonce de l’amphithéâtre maintenant. Nous sommes incroyablement désolés de cette erreur.»

Dans les derniers mois, des joueurs de la Ligue nationale de football ont manifesté contre la discrimination aux États-Unis en s’agenouillant ou en se tenant par les bras pendant l’hymne national américain. L’année dernière, l’ancien quart-arrière Colin Kaepernick avait lancé le mouvement, qui a été vertement critiqué par le président américain Donald Trump.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!