OTTAWA — Tout le personnel militaire du Canada en Irak est sain et sauf après un échange de coups de feu entre les forces kurdes et irakiennes près de Kirkouk, ont confirmé des représentants de la défense.

Des soldats canadiens étaient en activité dans la région plus tôt ce mois-ci, mais un porte-parole militaire a indiqué qu’ils étaient partis il y a deux semaines, lorsque la ville a été libérée de Daech (le groupe armé État islamique).

Le capitaine Vincent Bouchard a écrit dans un courriel qu’aucun soldat canadien «n’avait été pris dans l’échange de coups de feu», ajoutant que tous étaient sains et saufs.

Cette montée de la violence a toutefois soulevé des questions sur l’avenir de la mission du Canada, qui s’est impliqué dans la formation des Kurdes et des Irakiens pour combattre Daech en Irak.

L’événement a aussi amené des craintes sur l’avenir de l’Irak, qui selon une source kurde, pourrait être propulsé dans une guerre civile si le Canada ou d’autres pays ne prennent pas position fermement.

Plusieurs intervenants s’inquiètent du fait que la communauté internationale reste muette sur le conflit entre les Irakiens et les Kurdes, qui pourraient se retourner les uns contre les autres dans l’éventualité que les combattants djihadistes soient chassés de la région.

Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, a refusé de se ranger d’un côté, lundi, et il n’a pas précisé si ce conflit pourrait avoir un impact sur la mission du Canada en Irak — et de quelle manière.

Il a invité une fois de plus les Irakiens et les Kurdes à concentrer leurs efforts pour combattre Daech, qui serait dans ses derniers retranchements.

«Du bon travail a été fait avec toutes les parties de la coalition et les forces de sécurité irakiennes, et nous voulons continuer comme cela», a déclaré M. Sajjan à l’extérieur de la Chambre des communes.

«Nous enjoignons toutes les parties à se concentrer sur la menace principale et nous espérons que toutes les parties pourront résoudre la situation rapidement et pacifiquement.»

Affaires mondiales Canada a diffusé son propre communiqué, incitant les parties au calme et à résoudre pacifiquement leur conflit, suscité notamment par l’aspiration des Kurdes à obtenir un État indépendant.

Des représentants canadiens avaient averti le gouvernement sur cet enjeu précis dans une note interne fournie au premier ministre Trudeau en novembre 2015. Ils avaient indiqué que la guerre contre Daech avait amené les Kurdes à «élargir leur territoire contesté dans le nord de l’Irak, qui comprend la ville de Kirkouk, riche en pétrole».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!