TORONTO — L’investisseur Marc Faber a démissionné de trois conseils d’administration au Canada après avoir écrit dans un cyberbulletin que l’Amérique se portait mieux parce qu’elle a été colonisée par des Blancs et non des Noirs.

Tard mardi, l’entreprise de Vancouver Ivanhoe Mines (TSX:IVN) a fait état du retrait de l’investisseur de son conseil d’administration, après les annonces faites le même jour par les sociétés Sprott et Novagold Resources.

Ivanhoe Mines a indiqué mardi par communiqué «déplorer» les vues exprimées par M. Faber dans son cyberbulletin, disant qu’il y avait une «tolérance zéro pour le racisme» dans ses rangs.

Dans son cyberbulletin d’octobre, M. Faber a écrit: «Dieu merci, des Blancs ont peuplé l’Amérique et non des Noirs. Sinon, les États-Unis ressembleraient au Zimbabwe, ce qui pourrait être le cas un jour de toute façon, mais au moins, l’Amérique aura connu 200 ans d’ensoleillement économique et politique avec une majorité blanche.»

Marc Faber a fourni une copie du cyberbulletin à La Presse canadienne et a écrit dans un courriel que «si énoncer des faits historiques fait de moi un raciste, alors je suppose que je suis un raciste», ajoutant que «pendant des années, les Japonais ont été condamnés parce qu’ils niaient le massacre de Nankin».

Le chef de la direction de Sprott, Peter Grosskopf, s’est dit profondément déçu des propos de M. Faber, qu’il juge complètement contraires aux opinions de Sprott et de ses employés.

Dans un communiqué, M. Grosskopf a indiqué que Sprott est fière de sa diversité et que des commentaires de la sorte ne seront pas tolérés.

La firme de gestion de placements dit que M. Faber a quitté ses fonctions, une décision qui est entrée en vigueur immédiatement.

L’entreprise de métaux précieux Novagold (TSX:NG) a annoncé le départ de M. Faber, mais n’a pas fait référence aux commentaires formulés par l’investisseur.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!