OTTAWA — Le Bloc québécois veut empêcher que la faillite d’entreprises comme Sears Canada ampute le fonds de pension de leurs retraités.

La députée Marilène Gill a déposé un projet de loi mardi pour tenter de mieux les protéger. Elle s’inspire de la situation des retraités de Cliffs Natural Resources, une entreprise de la Côte-Nord qui a déclaré faillite en 2015.

Quelques dizaines d’ex-employés de la minière américaine et des représentants syndicaux étaient présents lors de son annonce dans le foyer de la Chambre des communes.

Le chèque de pension de ces employés a été réduit de 20 à 25 pour cent étant donné que leur fonds de pension accusait un déficit de 30 millions $. Ils ont aussi perdu leur assurance maladie.

En tout, 700 ex-employés de Cliffs Natural Resources au Québec et au Labrador ont été touchés.

Mme Gill veut faire du déficit des caisses de retraite et des assurances collectives une créance privilégiée lorsqu’une entreprise se place sous la protection de la loi lors d’une faillite.

«On monte d’un échelon pour mettre au même pied d’égalité les retraités à d’autres créances prioritaires comme les taxes municipales, a-t-elle expliqué. En même temps, le projet de loi permet que ça ne nuise pas à une relance non plus.»

«Que ce soit la Loi sur les arrangements avec les créanciers de compagnies ou la Loi sur la faillite et l’insolvabilité, elles ne doivent pas servir de prétexte pour les employeurs pour se soustraire à leurs obligations», a dénoncé le coordonnateur du Syndicat des Métallos de la Côte-Nord, Nicolas Lapierre.

Mme Gill appelle les députés des autres partis à mettre de côté leur partisanerie politique pour adopter son projet de loi qui pourrait à court terme aider les retraités de Sears Canada.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!