JONATHAN HAYWARD JONATHAN HAYWARD / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau n’a pu retenir ses larmes, mercredi, en réagissant à la mort du chanteur canadien Gord Downie, qu’il considérait comme un ami.

Le leader du groupe The Tragically Hip a succombé à un cancer du cerveau à l’âge de 53 ans.

«Il aimait chaque recoin, chaque histoire, chaque aspect de ce pays qu’il a célébré toute sa vie, a-t-il dit en pleurant à chaudes larmes. Il voulait l’améliorer. Il savait que nous pouvions faire mieux.»

Le drapeau de la tour de la Paix au parlement sera mis en berne le jour des funérailles du chanteur. La date n’a pas encore été fixée.

Gord Downie a multiplié les appels à la réconciliation avec les peuples autochtones durant la dernière année de sa vie. Il avait interpellé directement Justin Trudeau lors de son dernier spectacle donné à Kingston, sa ville natale, en août 2016, le pressant d’améliorer les conditions de vie des Autochtones.

Le chanteur avait consacré lors de la dernière année un livre graphique, un film d’animation et un dernier disque — intitulés «Secret Path» — à l’histoire de Chanie Wenjack, un enfant de 12 ans mort de froid en 1966 après s’être enfui d’un pensionnat autochtone.

«Il voulait que l’on sache qu’il y a des milliers de Chanie Wenjack aujourd’hui qui tentent de trouver leur chemin et d’échapper à un système qui leur a volé leur famille, leur identité et leur culture», a déclaré le député néo-démocrate, Charlie Angus, la voix étranglée par l’émotion lors d’un hommage à la Chambre des communes. Celui-ci a indiqué avoir connu Gord Downie lorsqu’il était musicien sur la scène torontoise.

La mort du chanteur est «une perte incroyable pour le Canada», a affirmé la ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord, Carolyn Bennett, qui croit que sa prise de parole a aidé à sensibiliser les gens.

«Il a donné l’exemple à tous les Canadiens en prenant (la réconciliation) à coeur et je pense que ça a incité davantage de gens à se dire que ce n’était pas le problème de quelqu’un d’autre, que c’était leur problème et qu’ils devaient faire partie de la solution», a-t-elle affirmé.

Plusieurs chefs autochtones ont rendu hommage au chanteur. «Gord était capable de toucher des gens qui n’étaient pas familiers avec nos enjeux», a reconnu le chef de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, dans un communiqué.

Il considère Gord Downie comme «un allié et un ami» et l’appelle «l’homme qui marchait à travers les étoiles». Le nom avait été donné à Gord Downie en 2016 lors d’un rassemblement des chefs à Gatineau.

«C’est une perte pour nous tous, a souligné pour sa part le chef néo-démocrate, Jagmeet Singh. C’est une personne qui a fait preuve de courage face aux épreuves et qui a utilisé sa notoriété pour attirer l’attention sur la réconciliation avec les peuples autochtones».

Le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, a également réagi. «Nous savions que ça s’en venait et j’offre mes sympathies les plus sincères à son groupe et à tous les fans de The Tragically Hip», a-t-il dit avant de se rendre à la réunion de son caucus mercredi matin.

Le député conservateur, Tony Clement, a également rendu hommage au chanteur à la Chambre des communes en citant l’une de ses chansons. «Son sens de la justice sociale était légitime et sa passion brillait. (…) Nous offrons nos condoléances à la famille et avons confiance que son exemple nous aidera à vivre « sans répétition générale parce que c’est notre vie ».»

Dans une déclaration, le Centre national des arts a souligné l’apport de Gord Downie à la culture canadienne.

«En tant que leader du groupe The Tragically Hip, il était adoré de tous pour sa musique, ses compositions lyriques et sa présence scénique inimitable, a écrit le président et chef de la direction du Centre national des Arts, Peter Herrndorf. Mais ce qui le rendait si cher à nos yeux, c’est sans doute sa manière d’évoquer en chanson notre identité, nos origines.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!