FRANCIS VACHON FRANCIS VACHON / La Presse Canadienne

DOLBEAU-MISTASSINI, Qc — Le premier ministre Justin Trudeau a répondu à des questions sur les signes religieux lors de son passage au Lac-Saint-Jean, jeudi.

Il s’est arrêté à huit endroits durant la journée, notamment à Roberval, Saint-Félicien et Dolbeau-Mistassini, en vue de l’élection partielle fédérale qui aura lieu le 23 octobre. Il sera à Alma avec son candidat Richard Hébert vendredi.

M. Trudeau, qui était accompagné de sa conjointe, Sophie Grégoire, et de leur bambin Hadrien, a été bien accueilli par les Jeannois, qui en ont profité pour exiger de lui qu’il défende la gestion de l’offre, le système de contrôle des prix dans l’industrie du lait, des oeufs et de la volaille.

Il s’est aussi prononcé sur la nouvelle loi québécoise qui interdit de donner ou de recevoir un service public à visage couvert, et qui encadre les demandes d’accommodements raisonnables.

Les provinces ont le droit de faire leurs propres lois et le débat autour de cette loi est «sain», a-t-il reconnu d’emblée, avant de réitérer toute l’importance qu’il accorde à la Charte canadienne des droits et libertés.

«On ne peut pas être une société libre et dire ce que les femmes doivent porter ou ne doivent pas porter», a-t-il déclaré, ajoutant que c’est une question de respect des choix des individus.

«On se doit de défendre les droits de tout le monde, même quand ça nous met mal à l’aise.»

M. Trudeau a dit «comprendre» les Canadiens qui sont mal à l’aise devant une femme voilée, par exemple.

«Ça nous met souvent mal à l’aise, on se dit pourquoi est-ce qu’elle fait ça, est-ce qu’elle est forcée de faire ça?»

«Mais une société qui ne veut pas que les femmes soient forcées d’être voilées, peut-être devrait-elle se poser des questions sur ne pas forcer les femmes à ne pas porter le voile», a-t-il affirmé.

Selon Justin Trudeau, ce n’est pas au gouvernement fédéral de contester la loi devant les tribunaux, mais bien aux citoyens de le faire. Il n’a pas précisé s’il souhaitait une telle contestation.

Mercredi, il avait laissé planer le doute quant au rôle qu’allait jouer Ottawa dans cette affaire, tandis qu’une de ses députées, Alexandra Mendès, poussait pour que le fédéral s’en mêle, doutant «fort» que la mesure législative soit conforme à la Charte.

«Votez lundi!»

La visite du chef libéral dans la circonscription de Lac-Saint-Jean intervient après celle des trois autres chefs fédéraux.

Outre sa promesse de défendre la gestion de l’offre, il s’est engagé à allier développement économique et protection de l’environnement.

Tournée des restaurants, poignées de mains dans une résidence de personnes âgées, visite d’une fromagerie, arrêt au congrès régional de l’Union des producteurs agricoles, conférence de presse, évènement militant: tout pour aider le candidat libéral, l’actuel maire de Dolbeau-Mistassini, à quatre jours du scrutin.

«On s’assure que lundi, tout le monde sort voter parce qu’on a besoin d’amener Richard au parlement du Canada pour représenter Lac-Saint-Jean», a lancé M. Trudeau à une foule enthousiaste de partisans et de bénévoles, jeudi soir.

La circonscription fédérale de Lac-Saint-Jean a maintes fois changé de mains; elle a été tour à tour libérale, bloquiste et conservatrice.

Le nouvel élu lundi remplacera le conservateur Denis Lebel, qui a démissionné cet été après une décennie passée à Ottawa.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!