LAVAL, Qc — Le Canada accueille ce week-end le championnat du monde de chute libre intérieure, au centre de simulation SkyVenture Montréal.

Plus de 200 athlètes issus de 23 pays convergent à Laval pour s’affronter dans cette nouvelle discipline, qui aspire au titre de sport olympique.

Il s’agit du deuxième championnat du monde de ce sport émergent, qui puise ses racines dans le parachutisme. Le premier championnat s’est déroulé en République tchèque, en 2015.

La chute libre intérieure n’a obtenu la reconnaissance de la Fédération aéronautique internationale qu’en 2014, souligne Catherine Carignan-Levasseur, responsable des communications de Skyventure Montréal.

Depuis, elle ne cesse de gagner du terrain. Mme Carignan-Levasseur expose que cette popularité grandissante se traduit sur la taille des délégations lors de chaque événement d’envergure internationale.

La compétition de ce week-end sera même diffusée sur la webtélé Chaîne olympique, a-t-elle ajouté.

Elle explique l’engouement pour ce sport par son accessibilité.

«C’est sûr que l’environnement est beaucoup plus sécuritaire et beaucoup plus contrôlé», expose-t-elle.

«La sensation est exactement le même (que dans le parachutisme). Sauf que dans un simulateur de chute libre intérieure, on a vraiment plus l’impression de voler parce que c’est dynamique, on peut remonter. En parachute, on fait juste tomber», a-t-elle poursuivi.

Certains des athlètes qui s’affronteront à Laval cumulent plus de 500 heures d’entraînement, précise Mme Carignan-Levasseur.

«Ça ne paraît pas quand on regarde une vidéo par exemple d’un athlète qui fait une chorégraphie artistique parce qu’ils ont l’air tellement en contrôle, il y en a qui sont tellement gracieux, mais ça demande énormément de précision, de force, de flexibilité et de concentration», a-t-elle avancé.

Mme Carignan-Levasseur estime que le Canada, qui a une des plus importantes délégations, se démarque à l’international au rang junior.

Parmi ses vedettes figure Coralie Boudreault, 14 ans, qui prend part aux épreuves de la catégorie «freestyle» — qu’elle compare à de la «danse aérienne». La jeune fille est arrivée en première position à trois reprises aux championnats canadiens et a également raflé l’or dans deux autres compétitions internationales. Elle vise maintenant le titre de championne du monde junior.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!