Facebook Jesse Galganov

Une Canadienne à la recherche de son fils disparu au Pérou affirme que les autorités dans le pays envisagent la possibilité que son fils ait été enlevé.

Alisa Clamen, une résidante de Montréal, a indiqué que son fils Jesse Galganov, âgé de 22 ans, était parti pour un voyage à sac à dos en Amérique du Sud et en Asie du Sud-Est le mois dernier.

Elle n’a pas eu de ses nouvelles depuis le 28 septembre, lorsqu’il a dit qu’il ne serait pas en mesure de communiquer pendant quelques jours durant une randonnée près de la ville péruvienne de Huarez.

Mme Clamen s’est envolée pour le Pérou la semaine dernière après avoir eu le sentiment que quelque chose clochait vraiment. Après plus d’un mois sans nouvelle de son fils, elle a publié un avis d’une récompense de 10 000 $ US pour toute information qui mènerait à sa découverte.

Mme Clamen a dit être en contact avec les autorités péruviennes depuis son arrivée, qui travaillent d’arrache-pied, selon elle, pour tenter de retracer son fils.

Elle a affirmé que tous les renseignements pointent vers la conclusion que «Jesse, d’une quelconque manière, a été enlevé».

«Il s’agit en fait de la seule théorie plausible à ce moment, car personne ne s’évapore comme ça», a-t-elle fait valoir.

Mme Clamen a affirmé que son fils avait été vu pour la dernière fois dans une auberge pour randonneurs appelée Kame House à Huaraz. Elle a souligné que l’enquête avait eu officiellement une portée criminelle à partir du moment où le propriétaire a changé sa version des faits pour dire à la police que le jeune homme n’avait jamais logé à cet endroit.

Un ami a reçu un message de Jesse Galganov sur Snapchat en provenance de cette auberge.

Mme Clamen a affirmé que l’obtention des renseignements sur le iPhone de son fils, de même que sur son liseur Kindle, serait cruciale dans l’enquête. Or, Apple, T-Mobile (le fournisseur de service de Jesse Galganov), et Amazon n’ont pas collaboré à l’enquête, a-t-elle affirmé.

Elle a dit espérer que des pressions puissent être faites sur les entreprises par l’ambassade des États-Unis et le FBI.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!