Adrian Wyld Adrian Wyld / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le tout nouveau Monument national de l’Holocauste, inauguré le mois dernier à Ottawa, sera fermé cet hiver pour ne pas l’endommager avec des opérations de déneigement.

La sénatrice conservatrice Linda Frum avait appris que le monument, situé sur les plaines LeBreton, en face du parc du même nom, ne serait pas déneigé cet hiver. Elle a demandé des précisions au cabinet de la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, qui a transmis la question à la Commission de la capitale nationale.

L’agence a finalement confirmé jeudi qu’elle fermerait dès les premières neiges ce site inauguré en septembre après une décennie de discussions, de souscriptions publiques et de travaux. Le porte-parole, Cédric Pelletier, a expliqué dans un courriel que la plupart des monuments de la Commission de la capitale nationale sont fermés pour l’hiver parce que les opérations de déneigement pourraient les endommager.

Le monument, intitulé «Un paysage de deuil, de souvenirs et de survie», comporte par ailleurs une «flamme du souvenir», qui sera aussi éteinte pendant l’hiver, même si le site demeurera illuminé.

Les six triangles de béton qui forment le Monument national de l’Holocauste — les six pointes de l’étoile de David, vu du ciel — ne sont pas couverts. Lors de son inauguration officielle sous une pluie intense, le mois dernier, les dignitaires s’étaient d’ailleurs réfugiés au Musée canadien de la guerre, de l’autre côté de la rue.

Le monument devait à l’origine être recouvert d’un toit et comporter un dispositif pour faire fondre la neige. Mais selon M. Pelletier, ces éléments ont plus tard été abandonnés pour des raisons budgétaires, après consultations avec les concepteurs, Patrimoine Canada et le Conseil d’édification du Monument national de l’Holocauste. Le Conseil avait réussi à récolter environ la moitié du budget de 9 millions $ pour ce projet, l’autre moitié étant assumée par le gouvernement fédéral.

La ministre Joly interpellée

Certains se demandent aujourd’hui pourquoi le gouvernement ne peut garder ouvert à l’année un monument qui a mobilisé tant d’énergies depuis une dizaine d’années, sans compter le soutien financier assuré par les contribuables et des donateurs privés.

Lors de la période de questions aux Communes, jeudi, le député conservateur Peter Kent a accusé le gouvernement libéral de vouloir fermer ce monument une partie de l’année dans le seul but de sauver de l’argent, alors que «les camps de la mort, eux, fonctionnaient à longueur d’année».

La ministre Joly a d’abord soutenu que ce problème avait pris naissance sous le gouvernement conservateur, avant de renvoyer la responsabilité ultime à la Commission de la capitale nationale.

Le monument avait déjà suscité une controverse lorsqu’on a constaté que la plaque ne faisait pas mention explicitement des Juifs comme principales victimes de l’Holocauste. Une nouvelle plaque sera finalement rédigée, mais la nouvelle polémique du déneigement fait dire à la sénatrice Frum que ce gouvernement néglige le monument d’une façon désobligeante pour les victimes de l’Holocauste et leurs proches.

Shimon Koffler Fogel, président-directeur général du Centre consultatif des relations juives et israéliennes, comprend que le déneigement à l’aide de machinerie lourde comporte certains risques. Mais il croit qu’on aurait pu trouver une façon de maintenir ouvert à l’année ce «site d’une grande importance historique et pédagogique».

La sénatrice Frum, qui a déjà visité le camp de concentration d’Auschwitz en plein hiver, soutient que le froid et la neige rappellent aux visiteurs les conditions horribles que les victimes de l’Holocauste devaient endurer alors. «Je ne vois pas pourquoi on se donnerait la peine d’ériger un monument de 8-10 millions $ pour ensuite le fermer au public la moitié de l’année: ça n’a aucun sens», estime Mme Frum.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!