Justin Tang Justin Tang / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, fera un don d’au moins 5 millions $ pour tenter de sortir de la tourmente dans laquelle il est plongé depuis un peu plus d’une semaine.

«Ma famille et moi avons décidé de faire un don de la différence en valeur de nos actions depuis que je suis député jusqu’à maintenant», a-t-il révélé lors de la période des questions, jeudi.

M. Morneau n’a pas voulu spécifier le montant exact du don. Son bureau a toutefois confirmé qu’il détient 1 million d’actions de Morneau Shepell, une entreprise fondée par son père qui offre des services de gestion de fonds de pension.

Ces actions valaient un peu plus de 15 $ à la clôture des marchés le 19 octobre 2015, jour de l’élection du gouvernement Trudeau. Leur valeur a augmenté d’environ 5 $ au cours des deux dernières années.

Le gain durant cette période totalise ainsi un peu plus de 5 millions $. Le ministre n’a pas encore décidé à qui ce montant serait remis.

«En ce moment, je ne sais pas exactement qui (obtiendra ce don), mais ce que je peux dire maintenant, (c’est que) je suis en train de travailler avec ma femme pour trouver une façon de faire venir des femmes réfugiées au Canada pour aller à l’université», a-t-il indiqué.

Cette déclaration est survenue après une rencontre entre M. Morneau et la commissaire à l’éthique, Mary Dawson, qui avait eu lieu plus tôt dans la journée.

Ils ont discuté de la décision du ministre de mettre ses actions de Morneau Shepell dans une fiducie sans droit de regard. Il entend par la suite vendre ces actions dont la valeur s’élève à environ 21 millions $.

M. Morneau espère que ces gestes rétabliront la confiance du public et dissiperont les doutes sur son intégrité.

«C’est très important pour les Canadiens d’avoir confiance dans notre gouvernement, a-t-il répété. Pour moi de faire un don comme ça, ça veut dire que c’est important pour moi d’expliquer que la raison pour laquelle je suis ici a toujours été pour travailler pour les Canadiens.»

Le ministre, un homme fortuné, est plongé dans une controverse entourant ses avoirs depuis la semaine dernière. L’opposition l’accuse de s’être placé en conflit d’intérêts en conservant ses actions de Morneau Shepell dans des sociétés privées au lieu de les transférer dans une fiducie sans droit de regard.

M. Morneau affirme avoir suivi les conseils de la commissaire à l’éthique. Mary Dawson lui avait signalé qu’il n’avait pas l’obligation de placer ses actions de Morneau Shepell dans une fiducie sans droit de regard après son élection en 2015, puisqu’il ne les contrôlait pas directement. M. Morneau avait plutôt choisi de les placer dans des sociétés privées dont il était propriétaire.

«La situation n’a pas changé»

Le don annoncé par Bill Morneau n’a pas calmé les critiques des principaux partis d’opposition.

«Ça ne résout rien», a affirmé le chef parlementaire du Nouveau Parti démocratique (NPD), Guy Caron.

«La question du conflit d’intérêts est là parce que tout en contrôlant directement ou indirectement les intérêts de Morneau Shepell, il a introduit le projet de loi C-27 qui touche les régimes de retraite.»

Cette législation permettrait aux employeurs de convertir des régimes de retraite à prestations déterminées en régimes à prestations cibles, ce qui pourrait entraîner une diminution du montant reçu par les retraités.

S’il est adopté, ce projet de loi pourrait donc aider à enrichir Morneau Shepell.

La commissaire à l’éthique a répondu jeudi à une demande d’enquête du député néo-démocrate Nathan Cullen sur le ministre des Finances. M. Cullen estime que Bill Morneau s’est placé en conflit d’intérêts lorsqu’il a déposé le projet de loi C-27 il y a un an.

Sans aller jusqu’à déclencher une enquête, Mary Dawson écrit dans sa lettre être préoccupée par la participation du ministre Morneau à l’élaboration de C-27. Elle indique qu’elle fera le suivi auprès de lui.

Le bureau du ministre a confirmé que cette question avait été abordée de façon générale lors de leur rencontre jeudi et que M. Morneau collaborerait entièrement avec la commissaire si elle avait besoin de renseignements supplémentaires.

Bien que critiques, ni le NPD, ni les conservateurs ou le Bloc québécois ne vont jusqu’à demander la démission de Bill Morneau.

Le député conservateur Pierre Poilievre estime que le ministre doit dévoiler l’ensemble des avoirs qu’il détient par l’entremise d’une demi-douzaine de sociétés privées.

Le député bloquiste, Gabriel Ste-Marie, croit pour sa part que M. Morneau doit aller encore plus loin. «Ce qu’on lui demande c’est que pour chacune des décisions qu’il a prises au cours des deux dernières années, qu’il nous dise à chaque fois combien d’argent il a fait avec ça.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!