Jim Mone Jim Mone / The Associated Press

HALIFAX — Un conseiller municipal de Halifax affirme qu’il n’utilisera plus le terme «marijuana» parce qu’il s’agirait d’un mot raciste, ce qui a déclenché un véritable tollé sur les médias sociaux quant à la pertinence d’utiliser ce synonyme du mot cannabis.

Shawn Cleary explique qu’un policier avait qui il a travaillé sur le dossier de la légalisation du cannabis lui a récemment mentionné que le terme «marijuana» avait un passé raciste.

Ainsi, au début des années 1900 aux États-Unis, le mot «marijuana» aurait été utilisé pour démoniser certaines communautés, notamment les Mexicains.

M. Cleary soutient qu’après avoir fait ses propres recherches sur les origines du mot, il a décidé de ne plus l’utiliser. «Faisons ce que nous pouvons pour ne pas perpétuer le racisme», a-t-il écrit sur Twitter plus tôt cette semaine.

«Nous avons besoin de communiquer, de dialoguer, de parler de ces choses, a-t-il dit lors d’une entrevue jeudi. En faisant cela, nous encourageons la compréhension et l’intérêt envers l’histoire.»

Cette prise de position a suscité de nombreuses réactions sur les médias sociaux — incluant les commentaires d’un autre conseiller municipal dénonçant cet enjeu.

«Il n’y a qu’au Canada où on pourra en fumer, mais sans le nommer», s’est exclamé Matt Whitman sur Twitter en réponse à un sondage effectué par une station de radio de Halifax qui demandait à ses auditeurs: «Devons-nous arrêter d’utiliser le mot marijuana?»

Quelques citoyens ont affirmé qu’ils n’étaient pas au courant du passé raciste du terme et ont remercié M. Cleary de les avoir informés, alors que d’autres s’interrogeaient sur la validité de cette remise en question.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!