PC Oscar Arfmann

VANCOUVER — La belle-soeur d’Oscar Arfmann, un Albertain accusé du meurtre au premier degré d’un policier de la Colombie-Britannique, affirme qu’il n’était plus le même depuis le décès de sa femme en 2013.

Dans une déclaration écrite, la dame de 65 ans révèle que M. Arfmann a subi une évaluation psychiatrique en 2015, à l’hôpital de Saint-Paul au nord-est d’Edmonton, mais qu’il a obtenu son congé trois jours plus tard.

Oscar Arfmann est accusé d’avoir tué l’agent John Davidson à Abbotsford, en banlieue de Vancouver plus tôt cette semaine.

Le policier âgé de 53 ans comptait 24 années de service. Il a été grièvement blessé alors qu’il répondait à un appel concernant un possible vol de voiture et des coups de feu tirés en direction de citoyens.

La famille de l’accusé souhaite offrir ses plus profondes condoléances à la famille de l’agent Davidson ainsi qu’à tous les membres du corps de police d’Abbotsford.

Oscar Arfmann demeurait hospitalisé, mardi. Le bureau des enquêtes indépendantes de la Colombie-Britannique, qui enquête sur les interventions policières causant des blessures graves, croit qu’il aurait été blessé par balle.

D’après la famille de l’accusé, Oscar Arfmann aurait continué de souffrir de troubles de santé mentale après sa sortie de l’hôpital en 2015.

«La famille a tenté de lui venir en aide, mais il refusait de voir un médecin», peut-on lire dans le communiqué.

Son ex-épouse, Hope Arfmann, a raconté avoir été mariée moins de trois ans avec l’accusé. Elle avait 18 ans au moment du mariage et a quitté son mari parce qu’il exerçait de la violence psychologique.

Le couple n’aurait eu par la suite que très peu de contacts, malgré qu’ils aient eu un enfant ensemble. L’enfant a plus tard été donné en adoption.

Hope Arfmann raconte qu’après leur divorce, en 1975, Oscar Arfmann s’est remarié avec une dénommée Patricia.

Le décès de Patricia aurait été très dur pour Oscar Arfmann.

«Tout ce qu’il aimait vraiment, c’était Patricia», a dit Hope Arfmann.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!