Vancouver est en voie de devenir un symbole des efforts pour protéger les enfants et contrer l’usage d’enfants-soldats grâce à une série d’engagements accolés au nom de la ville qui devraient être pris lors du sommet sur les Casques bleus cette semaine.

La communauté internationale travaille discrètement depuis un certain temps aux Principes de Vancouver, qui donneraient du souffle, a dit espérer un haut responsable de l’ONU, aux efforts pour protéger les enfants dans les conflits.

Jean-Pierre Lacroix, sous-secrétaire général des opérations de maintien de la paix aux Nations unies, a dit y voir une manière de «ré-énergiser la mobilisation de la communauté internationale», et a dit croire très important d’établir une série de principes pour lesquels les États et les gouvernements prennent des engagements.

Les responsables canadiens ont été avares de détails sur l’initiative, qui sera dévoilée dans le cadre du sommet de deux jours réunissant à partir de mardi des représentants d’environ 80 pays à Vancouver.

Tout de même, l’ambassadrice de l’Australie auprès des Nations unies, Gillian Bird, a décrit l’initiative le mois dernier comme des «mesures concrètes sur la manière de prioriser et d’opérationnaliser plus largement la protection des enfants au sein du maintien de la paix des Nations unies».

Des sources ont révélé que le lieutenant-général à la retraite Roméo Dallaire, l’une des voix les plus fortes dans le monde envers la fin de l’usage d’enfants-soldats dans des conflits armés, sera présent à la rencontre à Vancouver.

Le programme Child Soldiers Initiative de M. Dallaire a aidé l’armée canadienne à concevoir une série de lignes directrices pour s’assurer que les soldats canadiens sont formés adéquatement et préparés sur le plan des émotions à faire face à des enfants-soldats.

Le chef d’état-major de la Défense, Jonathan Vance, a publié ces directives en février.

M. Lacroix a affirmé que les Nations unies ont fait de grands efforts pour mieux protéger les enfants dans les conflits, particulièrement les enfants-soldats, au cours des 15 dernières années, tout en disant croire que davantage pouvait être accompli.

«Nous pouvons aussi avoir des engagements plus solides des États membres. C’est l’idée derrière les Principes de Vancouver. Les gens appuient cela très fortement», a dit le sous-secrétaire général.

L’ONU a publié un rapport le mois dernier indiquant que plus de 8000 enfants ont été tués ou blessés dans des conflits armés à travers le monde en 2016 et que des milliers d’enfants ont été recrutés ou utilisés par des factions rivales.

Il y a eu plus de 1000 cas vérifiés d’enfants ayant été recrutés ou utilisés au Soudan du Sud et 442 cas signalés au Mali, un pays parmi les plus pressentis pour une future mission canadienne de maintien de la paix.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!