GATINEAU, Qc — Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a complété cette année un important virage technologique en devenant la premier corps policier du Québec à traiter ses rapports d’accident de manière entièrement électronique.

Le sergent Jean-Bruno Lyrette explique que les quelque 4000 rapports d’accidents routiers rédigés chaque année étaient auparavant manuscrits. Ils étaient ensuite numérisés à deux reprises: d’abord au SPVG, puis à la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), où ils étaient transmis par la poste.

Leur informatisation et leur transmission électronique permettent non seulement de sauver du temps et du papier, mais aussi d’éviter maintes erreurs, fait valoir le sergent Lyrette.

Il expose qu’en plus de diminuer le nombre de manipulations et de copies des rapports, le nouveau système de gestion prévient toute omission ou incohérence au moment même de leur rédaction, avant qu’un réviseur ne les passe au crible.

Un rapport peut ainsi être reçu à la SAAQ dans l’heure suivant sa rédaction, souligne le sergent.

En plus de s’inscrire dans une démarche écologique, cette initiative a permis d’optimiser l’ensemble du processus et ainsi consacrer de nombreuses heures de travail à d’autres tâches, ajoute M. Lyrette.

Parmi les autres avantages de cette automatisation, le SPVG cite la compilation des données sur les collisions, qui facilite une «analyse stratégique» en matière de sécurité routière.

Le SPVG, dont le projet-pilote s’est conclu au début de l’année, affirme que plusieurs corps policiers ont manifesté l’intérêt de lui emboîter le pas.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!