Adrian Wyld Adrian Wyld / La Presse Canadienne

OTTAWA — La majorité des demandeurs d’asile ayant traversé irrégulièrement la frontière au Canada jusqu’à maintenant cette année sont des Haïtiens, et à ce jour, seulement 10 pour cent de leurs demandes ont été acceptées, indiquent des données présentées mercredi.

Depuis février, la Commission de l’immigration et du statut de réfugié a reçu au total 14 467 demandes de la part de personnes ayant fait une entrée irrégulière à la frontière, et la proportion de requêtes acceptées se situe à 60 pour cent.

Le fait que le nombre de demandes de la part d’Haïtiens ayant obtenu une réponse positive soit «très bas» devrait servir de mise en garde pour ceux envisageant encore de traverser la frontière entre les États-Unis et le Canada de manière illégale, a dit le ministre fédéral de l’Immigration, Ahmed Hussen.

M. Hussen a rappelé que la venue au Canada devait se faire par les «canaux réguliers», et que le système de réfugiés s’appliquait seulement aux personnes ayant un véritable besoin de protection.

Un nombre imposant de personnes ont tenté d’entrer au Canada hors des postes de contrôle cet été, après que le gouvernement des États-Unis eut averti qu’un statut temporaire de résidence était réexaminé. Un peu moins de 60 000 Haïtiens sont concernés par ce programme leur évitant la déportation.

À la fin juillet et au début août, le nombre de personnes tentant d’entrer au Canada hors des postes de contrôle a bondi à 250 par jour. Le nombre a chuté considérablement depuis ce temps, mais la crainte de le voir exploser de nouveau a surgi cette semaine puisque l’administration Trump a en effet annoncé la fin d’ici juillet 2019 du statut temporaire de résidence.

«Nous continuons de nous préparer», a dit M. Hussen, mercredi.

Une rencontre est organisée jeudi avec des responsables provinciaux et fédéraux supervisant la question des réfugiés à la frontière. Entre autres choses, ils examineront les statistiques de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié, qui déclinent les demandes par pays où il y a des risques allégués de persécution.

Haïti figure au sommet, avec 6304 demandes au total. Seulement 298 de ces demandes ont été finalisées, et 29 ont été acceptées. Le Nigéria est au deuxième rang, avec 1911 demandes au total, et vient ensuite la Turquie, avec 631 demandes.

Ceux dont la demande a été rejetée peuvent faire appel dans certains cas, et si cela échoue, ils risquent la déportation.

M. Hussen a dit ignorer combien d’appels ont été interjetés, et combien de gens — s’il y en a eu — ont été déportés du Canada.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!