OTTAWA — Le sénateur conservateur Dennis Patterson entend se servir des règles de procédure de la Chambre haute, jeudi, pour dénoncer ce qu’il soutient être des violations des droits humains au Tibet, une région sous le contrôle de la Chine depuis 1951.

Il entend lire des passages biographiques de plusieurs prisonniers politiques détenus au Tibet afin que les politiciens canadiens soient bien au fait de la situation tibétaine avant de prendre des engagements avec la Chine.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, envisage un déplacement prochain en Chine afin de prendre connaissance des nouvelles opportunités d’investissements dans ce pays. Son gouvernement n’a pas encore décidé s’il engagerait avec la Chine des discussions devant mener à la conclusion d’un accord de libre-échange.

Lobsang Sangay, premier ministre depuis 2011 du gouvernement du Tibet en exil, invite les politiciens canadiens à ne faire aucun compromis sur les droits humains dans leurs discussions avec leurs vis-à-vis chinois.

La Chine ne reconnaît pas la légitimité du gouvernement tibétain en exil et considère que son leader spirituel, le dalai lama, est un dangereux séparatiste.

Après avoir rencontré des Canadiens d’origine tibétaine plus tôt cette année, le sénateur Patterson a conclu que les menaces à leur survie culturelle étaient comparables à celles de la communauté inuite au Canada.

Dennis Patterson, un ancien premier ministre des Territoires du Nord-Ouest, représente le territoire du Nunavut au Sénat.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!