OTTAWA — Les sociétés privées qui seront les plus touchées par la réforme fiscale du ministre Bill Morneau sont celles qui contribuent le moins à l’économie, selon le Directeur parlementaire du budget (DPB).

Le DPB a étudié l’impact de la réforme telle que présentée par M. Morneau en juillet avant que des modifications y soient apportées.

En analysant les données sur l’impôt sur le revenu de Statistique Canada de 2000 à 2014, les analystes ont découvert qu’une petite proportion (2,5 pour cent) de ces sociétés privées «détiennent la grande majorité des placements passifs» à l’abri de l’impôt (88 pour cent).

La réforme fiscale toucherait donc un petit nombre de sociétés privées.

«On m’a demandé tout à l’heure quelle était ma plus grande surprise, c’est peut-être ça ma plus grande surprise», a souligné le directeur parlementaire du budget, Jean-Denis Fréchette.

«C’est d’avoir si peu de firmes qui vont être affectées et si concentrées également parmi les plus grosses firmes comme tel.»

Il faudrait toutefois du temps au gouvernement avant de ressentir l’impact sur ses recettes. Deux ans après la mise en oeuvre de cette réforme, le gouvernement récolterait 1 milliard $ supplémentaire en impôt. Ce montant pourrait quadrupler après dix ans et atteindre 6 milliards $ après 20 ans.

Cette réforme soulève la controverse depuis des mois. Les conservateurs ont accusé le gouvernement à maintes reprises de cibler les petits entrepreneurs.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!