JONATHAN HAYWARD JONATHAN HAYWARD / La Presse Canadienne

Les Inuits du Canada et du Groenland espèrent convaincre au moins quatre gouvernements de les laisser gérer leurs affaires et se déplacer librement sur une portion internationale de l’océan Arctique qui représente l’un des environnements les plus productifs dans le Nord.

Jeudi, la Commission Pikialasorsuaq — sur l’avenir de la polynie dans les eaux du Nord, un immense triangle d’une imposante biodiversité entre le Groenland, l’île d’Ellesmere et l’île de Baffin — a dévoilé son rapport sur le secteur de l’océan jugé crucial pour les communautés inuites.

Le document confirme que les Inuits veulent gérer le secteur, l’établir comme zone protégée, et s’y déplacer librement en traversant des frontières internationales.

Ces communautés souhaitent aussi revenir à la situation qui prévalait avant le 11 septembre 2001, lorsque les contrôles aux frontières étaient plus souples et que les Inuits étaient en mesure de voyager librement entre les îles en traîneaux à chien, en motoneiges ou en utilisant de petits avions.

Des narvals, des bélugas, des morses, des baleines boréales et des ours polaires dépendent de ses eaux plus chaudes et des riches ressources alimentaires, tout comme des millions d’oiseaux marins.

Des Inuits du Groenland et du Nunavut chassent dans le secteur. Même ceux qui ne chassent pas dépendent des espèces qui naissent dans le secteur et migrent vers d’autres parties de l’Arctique.

Les Inuits s’inquiètent de plus en plus de l’impact du transport, des explorations pétrolières et gazières et des changements climatiques sur les eaux qui les alimentent en vivres depuis des siècles.

Pour que leurs voeux soient exaucés, les Inuits doivent obtenir l’aval des gouvernements du Nunavut, du Canada, du Danemark et du territoire du Groenland. Les gouvernements municipaux seraient probablement aussi impliqués.

«Nous sommes prêts. Je crois que tout le monde pourrait être favorable», a affirmé Okalik Eeegeesiak, membre de la commission.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!