Un important groupe de défense des droits des Juifs a redoublé ses efforts pour aider des résidants de l’Ontario à convaincre les autorités locales de renommer une route qui s’appelle présentement «chemin Svastika».

B’nai Brith Canada a lancé une pétition en ligne, jeudi, demandant au canton de Puslinch, situé à environ 75 kilomètres à l’ouest de Toronto, de changer le nom de la route.

Le groupe a l’intention de présenter cette pétition au conseil du canton lorsque ce dernier discutera du cas de la route privée le mois prochain, a indiqué Aidan Fishman, le directeur du plaidoyer de B’nai Birth Canada, en entrevue vendredi.

M. Fishman a raconté que son groupe avait été mis au courant de la situation en octobre après que des résidants, dont certains habitent sur la fameuse route, eurent communiqué avec lui pour obtenir des conseils afin de persuader les politiciens locaux de renommer le chemin Svastika.

Il a précisé que, depuis ce premier contact, B’nai Brith Canada travaillait en coulisses avec les résidants, mais avait maintenant décidé de demander l’avis du grand public à savoir s’il était approprié ou non qu’une route porte un tel nom au Canada en 2017.

Selon les résidants locaux, le chemin Svastika a été baptisé dans les années 1920 avant la montée d’Adolf Hitler au pouvoir dans l’Allemagne nazie. Ceux qui souhaitent conserver le nom font valoir que la croix gammée est un symbole possédant une longue histoire qui remonte bien avant la Deuxième Guerre mondiale alors que ceux qui désirent le changer soutiennent qu’il rime avec haine et génocide.

Le maire du canton de Puslinch, Dennis Lever, n’était pas disponible vendredi pour commenter l’affaire. Un représentant du canton a refusé d’accorder une entrevue sur le sujet.

Aidan Fishman a ajouté que B’nai Brith Canada était aussi au courant de l’existence d’une ville nommée Svastika dans le nord de l’Ontario, mais a indiqué qu’aucun des habitants n’avait demandé l’aide du groupe pour changer le nom de la localité.

Carolyn O’Neil, une spécialiste de l’histoire de la ville Svastika, a révélé que la localité avait été baptisée au début du XXe siècle en l’honneur d’une mine d’or locale qui utilisait le symbole et le voyait comme un porte-bonheur.

«Nous ne pouvons pas renier notre histoire», a-t-elle dit, soulignant que la ville n’avait jamais été associée au nazisme.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!