WINNIPEG — Des écrans protecteurs pour les chauffeurs sont en cours d’installation dans six autobus publics de Winnipeg afin d’être testés.

Selon la municipalité, le projet pilote devrait durer au moins six mois, ce qui donnera amplement le temps aux chauffeurs de fournir leur avis sur le modèle qu’ils préfèrent entre les deux proposés.

Plusieurs nouvelles mesures de sécurité ont été annoncées dans le budget de la Ville de Winnipeg pour 2018 à la suite du meurtre d’un chauffeur en février dernier.

Irvine Jubal Fraser, âgé de 58 ans, est décédé après avoir été poignardé à de multiples reprises par un passager.

Au moment du drame, l’autobus venait d’arriver à sa destination finale, tard en soirée, et M. Fraser tentait de faire sortir le client, qui dormait à l’arrière du véhicule.

En juin, un individu avait lancé un morceau de ciment en direction d’un chauffeur et l’avait atteint à la tête. Heureusement, la victime n’avait pas été sérieusement blessée.

D’autres mesures de sécurité ont été suggérées, dont l’ajout d’agents de sécurité et de contrôleurs additionnels au sein du réseau de transport public.

Le coût estimé pour l’achat et l’installation de chacun des écrans protecteurs pourrait s’élever à 5000 $. Selon les conclusions du projet pilote, les 600 autobus publics de Winnipeg pourraient en être équipés.

«Une ville en croissance comme Winnipeg a besoin d’un système de transport public efficace et sécuritaire», a souligné le maire Brian Bowman dans un communiqué publié vendredi.

Le syndicat qui représente les chauffeurs n’a pas participé à l’annonce. Il considère que la Ville ne va pas assez vite en ce qui a trait à l’amélioration de la sécurité des employés et ses membres ne voulaient pas prendre part à ce qu’ils ont qualifié de «séance de photo».

«Ils en font une grosse affaire et un grand spectacle, mais en ce qui nous concerne, ce n’est qu’un tout petit pas vers ce qui doit être fait», a commenté le président du syndicat des chauffeurs, Aleem Chaudhrey.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!