TORONTO — La Commission des droits de la personne de l’Ontario mènera une vaste enquête sur le profilage ethnique et la discrimination raciale pratiqués au sein de la police de Toronto, surtout envers la communauté noire.

La présidente de la commission, Renu Mandhane, a indiqué jeudi que l’enquête se penchera sur les activités du service de police depuis 2010.

Selon Mme Mandhane, ces phénomènes de profilage ethnique et de discrimination raciale ont miné la confiance de la population de Toronto envers sa police. Or, cette discrimination systémique se perpétue depuis dix ans malgré toute la douleur et la souffrance qu’elle a causées, croit la commissaire.

Mme Mandhane trouve inacceptable que des Torontois qui ont subi le profilage ethnique dans leur jeunesse soient obligés aujourd’hui d’avoir cette «conversation» avec leurs propres enfants.

La Commission des droits de la personne se penchera sur toutes les pratiques de la police de Toronto, notamment en matière d’interpellations, d’interrogatoires et d’usage de la force.

On se penchera aussi sur la culture au sein du service, la formation, les politiques et procédures, ainsi que les mécanismes de contrôle et de surveillance.

«Il ne s’agit pas de vérifier si les inquiétudes de la communauté sont fondées: nous savons qu’elles le sont», a affirmé jeudi Mme Mandhane. «Il s’agit plutôt d’identifier les relations qui posent problème entre la police et les civils.»

La commission a déjà demandé au Service de police de Toronto et à la «police des polices», la «Special Investigations Unit», de lui transmettre un nombre important de documents et de données à ce sujet.

La porte-parole de la police de Toronto, Meaghan Gray, a soutenu jeudi que le service accueillait favorablement la tenue de cette enquête, qui lui donnera l’occasion d’améliorer ses relations avec les citoyens.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!