Aijaz Rahi Aijaz Rahi / The Associated Press

OTTAWA — L’Aviation royale canadienne serait loin d’en avoir fini avec ses vieux CF-18: plusieurs sources au sein de l’industrie aéronautique soutiennent que le gouvernement Trudeau s’apprête à annoncer un report dans la livraison des 88 nouveaux chasseurs à réaction qui doivent remplacer sa flotte vieillissante d’avions de combat.

Ce délai surviendrait alors que les libéraux s’apprêteraient à annoncer l’achat d’appareils australiens d’occasion, plutôt que des chasseurs Super Hornet neufs de Boeing, pour appuyer temporairement l’armée de l’air en attendant la livraison des nouveaux appareils qui doivent remplacer définitivement les CF-18. Ces appareils australiens, qui sont âgés de 30 ans, comme les CF-18, devront eux aussi être remis à niveau.

Les libéraux se demandent maintenant comment présenter cette idée aux Canadiens, après l’achat controversé, dans les années 1990, de quatre sous-marins britanniques d’occasion. L’un de ces submersibles, le Chicoutimi, avait pris feu au milieu de l’Atlantique en 2004; l’incendie avait fait un mort et neuf blessés. Le gouvernement canadien a aussi englouti des milliards de dollars pour réparer et rénover ces sous-marins, qui ont passé plus de temps en rade qu’en haute mer.

Le gouvernement libéral espérait l’an dernier recevoir de nouveaux chasseurs à réaction dans environ cinq ans, et donc commencer à retirer, vers 2021, des CF-18 vieux de 30 ans. Mais plusieurs sources ont confié à La Presse canadienne qu’au ministère de la Défense, on ne s’attend plus maintenant à accueillir un nouvel appareil avant au moins huit ans — vers 2026.

Ces sources, qui préfèrent conserver l’anonymat, n’ont pas voulu spéculer sur les motifs qui expliqueraient ce nouveau délai. Mais la décision pourrait avoir un impact budgétaire majeur si le gouvernement devait débourser encore davantage que les centaines de millions déjà annoncés pour maintenir en bon état la flotte de CF-18 jusqu’à l’arrivée des nouveaux appareils.

Le ministère de la Défense nationale prévoyait déjà dépenser jusqu’à 500 millions $ pour maintenir en état de vol ses 76 CF-18 jusqu’en 2025, mais cette note pourrait s’alourdir de façon exponentielle par la suite.

Après les élections?

Certains observateurs se demandent par ailleurs si le gouvernement libéral, qui avait promis un appel d’offres avant le prochain scrutin de 2019, ne souhaiterait pas plutôt reporter tout le processus après les élections. Le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, a refusé mercredi de préciser à quel moment serait lancé cet appel d’offres, qui pourrait valoir jusqu’à 19 milliards $.

Des sources au sein du gouvernement et de l’industrie indiquent cependant que le gouvernement de Justin Trudeau a déjà opté pour l’achat de chasseurs australiens d’occasion en attendant l’appel d’offres et la livraison des nouveaux avions de combat. Les libéraux voulaient à l’origine acheter 18 chasseurs Super Hornet de Boeing, au coût de 6 milliards $, pour appuyer temporairement l’armée de l’air. Mais depuis la guerre commerciale déclenchée par Boeing contre Bombardier, le gouvernement aurait changé d’avis.

La solution australienne comporte ses avantages: l’appareil serait bien sûr moins cher que le Super Hornet neuf de Boeing, et serait plus facile à intégrer dans la flotte actuelle des CF-18, presque identiques. Les chasseurs australiens ne nécessiteraient pas non plus de formation nouvelle ou d’infrastructures particulières.

Et comme «la nécessité est mère de l’invention», les Canadiens ont développé une très bonne expertise pour réparer et maintenir les CF-18, ce qui n’était pas le cas des sous-marins britanniques, soutient David Perry, de l’Institut canadien des affaires mondiales. Mais «au bout du compte, quand vous achetez des appareils de 30 ans qui ont beaucoup servi, vous achetez tout de même des appareils de 30 ans qui ont beaucoup servi…»

À la période de questions aux Communes, mercredi, le député conservateur Tony Clement a demandé au gouvernement de renoncer au «tas de ferraille rouillée» des Australiens et de lancer immédiatement l’appel d’offres pour remplacer une fois pour toutes les CF-18.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!