Jacques Boissinot/La Presse canadienne

MONTRÉAL — Les patients du Québec pourront bientôt avoir accès eux-mêmes, en ligne, aux résultats de plusieurs tests sanguins et examens qu’ils ont passés, grâce au Carnet santé.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a officiellement lancé le Carnet santé Québec, lundi à Montréal, en se félicitant de faire des patients québécois des «partenaires» qui seront ainsi mieux informés de leur état de santé.

Par leur Carnet santé Québec, les patients pourront voir la liste de leurs médicaments, consulter les résultats des prélèvements sanguins qu’ils ont subis, voir leurs rapports d’examens d’imagerie médicale, prendre rendez-vous avec leur médecin de famille ou s’inscrire au guichet d’accès à un médecin de famille, par exemple.

«Un jour, vous aurez accès, par ce carnet-là, à votre dossier complet», a illustré le ministre Barrette.

Peu à peu, de plus en plus d’informations y seront colligées, des résultats des tests sanguins en passant par les examens radiologiques, des «aides d’information» pour expliquer certains problèmes de santé et des protocoles à suivre — si un enfant fait de la fièvre, par exemple — et éventuellement un carnet de vaccination.

«C’est un premier pas. C’est évolutif. Au départ, c’est essentiellement limité à ce qui est actuellement accessible. Mais nous avons la ferme intention d’aller plus loin dans le déploiement. Ultimement, à l’intérieur du prochain mandat, il sera possible, pour les patients inscrits à un Groupe de médecine de famille d’avoir même une consultation par internet avec son médecin, son professionnel, son infirmière, son travailleur social ou autre personne qui travaille dans le GMF», a soutenu le ministre Barrette.

Fait à noter: un délai de 30 jours, d’abord, sera imposé pour que les renseignements soient accessibles sur le Carnet santé Québec, puisque tous les cabinets de médecins ne sont pas aussi bien organisés pour donner rapidement rendez-vous à leurs patients.

«La chose qu’on ne veut pas, évidemment, c’est qu’une personne apprenne un diagnostic qui peut être très inquiétant par un site internet. Il faut évidemment s’assurer qu’il y ait eu un contact avec le patient avant que ces données soient inscrites sur un site internet», a fait valoir le ministre Barrette.

Ce délai de 30 jours doit éventuellement être abaissé à 10 jours.

Deux territoires

D’abord, à compter du 5 janvier, seuls les résidants de Laval inscrits auprès d’un médecin de famille dans une clinique médicale de Laval y auront accès, de même que ceux qui sont inscrits auprès d’un médecin de famille de MAclinique Lebourgneuf, à Québec.

Québec veut alors laisser place à une rétroaction, pour voir s’il faut améliorer le système ou en modifier certains aspects.

Le ministre Barrette espère ensuite déployer le système sur l’ensemble du territoire du Québec d’ici l’été 2018.

Il assure que la confidentialité des données sera préservée, grâce à un code d’accès.

Le système aura coûté 11 millions $ en développement et 2 millions $ pour la mise en opération. Le système a été développé à l’interne; le ministère n’a pas eu à lancer un appel d’offres.

Usagers contents

Présent sur place, le Regroupement provincial des comités d’usagers s’est réjoui du développement du Carnet santé Québec, maintes fois promis et souvent reporté.

«Pour nous, ça devient un outil essentiel pour que les personnes puissent prendre en charge leur santé; pour ça, c’est bravo», a opiné Pierre Blain, directeur général de l’organisme.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!