MONTRÉAL — Alors que le compte à rebours achève avant les dernières mises à pied au chantier maritime Davie, des représentants du chantier, des travailleurs et des partis politiques provinciaux et fédéraux se sont unis pour demander au gouvernement Trudeau de cesser de faire la sourde oreille et de procéder à une annonce maintenant, pas dans six mois.

Au plus fort des activités au chantier maritime de Lévis, de 1200 à 1400 travailleurs s’y affairaient, il y a cinq ans. Après Noël, ils ne seront plus que 250, a déploré Réjean Guay, président du Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon, affilié à la CSN.

Le dernier navire sur lequel les travailleurs s’affairaient, l’Astérix, sera livré cette semaine à la marine canadienne. Et après, c’est l’incertitude quant aux emplois, ont affirmé certains des 10 représentants qui ont pris la parole au cours d’une conférence de presse conjointe à Montréal, mardi.

En plus de ces travailleurs du chantier qui seront mis à pied, il faut compter 814 sous-traitants, fournisseurs au Québec et 900 fournisseurs partout au Canada, a souligné Spencer Fraser, président et chef de la direction de Federal Fleet.

«On ne demande pas la pitié. Il y a un besoin pour renouveler la flotte (de navires). Et on est là, on est prêt. On veut juste avoir un « level playing field »», a plaidé M. Fraser.

Une décision politique

Le groupe soupçonne des influences politiques derrière le choix du gouvernement Trudeau de ne rien faire pour donner des contrats au chantier de la Davie, alors que les chantiers concurrents de Vancouver et Halifax ne sont pas aussi menacés.

«Ce qui est clair pour nous, c’est qu’il y a une décision qui est à prendre et, à ce moment-ci, la décision est à mon sens essentiellement politique», a lancé le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D’Amour.

«Le Québec n’a pas eu sa part» des contrats fédéraux, a déploré à son tour le député néo-démocrate Alexandre Boulerice.

«Si on regarde l’avenir, il y a des occasions; il y a des besoins réels. On parlait de 27 bateaux d’ici 2035. Je pense que la Davie a fait la preuve qu’elle était capable de livrer la marchandise dans les temps et dans les coûts», a plaidé M. Boulerice.

«Monsieur Trudeau dit qu’il est là pour défendre la classe moyenne. Il y a 41 députés libéraux fédéraux qui sont dans le caucus; j’espère qu’on va les entendre et qu’ils vont avoir une influence. Si vous défendez la classe moyenne, ça n’arrive pas souvent que vous pouvez sauver 800 emplois à 70 000 $ par année en moyenne», a ajouté M. Boulerice.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!