Archives Métro

LAVAL, Qc — Des syndiqués aux prises avec des problèmes de paie générés par le système Phénix ont manifesté leur exaspération mercredi matin à Laval.

Vers 7 heures, près de 200 membres de l’Alliance de la Fonction publique du Canada, principalement des employés de Service correctionnel du Canada (SCC), mais aussi quelques employés du bureau des passeports, ont pris d’assaut des bureaux administratifs situés dans un immeuble du boulevard Saint-Martin Est. Ils ont profité de l’arrivée au travail des employés fédéraux pour exprimer leurs doléances.

Leur représentant, Yvon Barrière, du Syndicat des employés du Solliciteur général (SESG), estime que des centaines de membres éprouvent des problèmes de paie depuis trop longtemps. Il soutient que près de 85 pour cent des employés au Canada sont ainsi aux prises avec un problème de paie actuellement.

Il a affirmé que le système Phénix comportait beaucoup de failles. Il a expliqué qu’il fallait procéder à des entrées manuelles pour enregistrer des primes et indemnités qui n’étaient pas prévues.

M. Barrière juge que les 20 conseillers en rémunération qui s’occupent de traiter la paie du Service correctionnel au Québec sont insuffisants.

Il réclame que le nombre de conseillers soit porté à 50, afin d’aider les syndiqués qui ont des problèmes de paie. Il réclame aussi des conseillers en rémunération dans les unités, les établissements et les bureaux.

Selon lui, malgré la vingtaine d’employés oeuvrant pour le Service correctionnel, il y a encore deux ou trois ans de retard concernant la paie des employés du ministère.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!