MONTRÉAL — La mosquée Ahl-ill Bait du quartier Côte-des-Neiges à Montréal se retrouve au coeur d’une controverse pour des gestes qu’elle nie vigoureusement avoir posés et tout indique que les informations qui sont à l’origine de la controverse en question n’étaient pas fondées.

Une véritable tempête a malgré tout été déclenchée sur les réseaux sociaux à la suite de la diffusion, mardi, d’un reportage du réseau TVA qui affirmait que les dirigeants de la mosquée avaient demandé à un entrepreneur qu’il n’y ait aucune femme présente sur un chantier qui se trouve devant la mosquée, lors de la prière du vendredi.

Le reportage indique que le contrat stipule que le constructeur ne doit pas faire de bruit le vendredi et ajoute que l’entrepreneur affirme pouvoir faire la preuve que la mosquée a réclamé que les femmes ne soient pas visibles les vendredis sur les chantiers.

Les représentants de la mosquée affirment n’avoir jamais fait une telle demande.

«Nous avions effectivement demandé l’accès au stationnement, sur l’heure du midi les vendredis, mais n’avons jamais demandé l’exclusion de personne. Cette requête, si elle existe, ne provient pas de notre organisation» a déclaré le vice-président de la mosquée, Moayed Altalibi, par voie de communiqué.

La Commission des services électriques de Montréal, qui a donné le contrat en question à l’entreprise G-TEK, de Laval, a confirmé à La Presse canadienne que la seule provision particulière au contrat est celle de laisser l’accès au stationnement de la mosquée pour la prière du vendredi midi.

«Une clause comme ça (qui interdirait la présence de femmes) serait illégale en plus d’être discriminatoire, a fait valoir le président de la Commission, Serge Boileau. L’ironie, c’est que les personnes qui ont travaillé sur ce contrat sont toutes des femmes ou presque.»

L’entreprise G-TEK n’a pas répondu à la demande d’entrevue de La Presse canadienne, mais Serge Boileau a confirmé l’avoir joint, sans obtenir d’éclaircissements, toutefois.

«On se demande d’où vient cette information qui semble erronée en grande partie, comment elle a pu être diffusée. Je n’ai pas eu la réponse encore», a-t-il dit.

Le reportage faisait aussi état de femmes intimidées sur le chantier, mais M. Boileau, a précisé que non seulement le contrat avait été préparé en collaboration avec la mosquée par une équipe composée presque exclusivement de femmes ingénieures, mais que la surveillance du chantier avait été confiée à une femme qui est sur place depuis le début et que celle-ci «n’a jamais été importunée de quelque façon que ce soit.»

L’affaire a eu des échos jusqu’à l’Assemblée nationale, où tant le premier ministre Philippe Couillard que sa ministre du Travail, Dominique Vien, ont fait part de leur préoccupation tout en se montrant prudents devant des constatations qui n’étaient que préliminaires, mercredi matin.

«Si tel est le cas, c’est totalement inadmissible, a dit M. Couillard. Il reste à voir qui a dit quoi à qui; ce n’est pas tout à fait clair.»

«Aucun accommodement ne peut aller à l’encontre du principe de l’égalité entre les hommes et les femmes», a-t-il ajouté.

«On va aller vérifier les allégations, ce qui s’est passé exactement s’il s’est passé quelque chose, puis on avisera par la suite», a pour sa part déclaré Mme Vien, renchérissant à son tour sur le fait que «l’égalité entre les hommes et les femmes au Québec, c’est fondamental et on ne remettra pas ça en question».

Un porte-parole de la mosquée, Me William Korbatly, a confié à La Presse canadienne que le reportage a eu un impact immédiat et pénible.

«Les médias sociaux se sont enflammés: la mosquée a reçu des messages de haine, même des menaces de mort, de brûler le centre», a-t-il dit.

Les policiers montréalais ont été mis au fait de ces menaces et enquêtent présentement, en plus d’avoir institué des patrouilles additionnelles.

Le vice-président Altalibi, pour sa part, estime que de tels reportages «alimentent le cynisme et portent préjudice à toutes les communautés. Ce type de fausses nouvelles contribue à l’effritement social entre les Québécoises et Québécois de confessions musulmane et non-musulmane», a-t-il déploré, ajoutant que de demander l’exclusion des femmes est «en contradiction avec les valeurs de respect et d’appréciation des femmes dans la Mosquée et sur leur lieu de travail».

Des groupes identitaires proches de l’extrême droite, dont la Meute, promettent même d’aller manifester devant la mosquée vendredi. La Meute a d’ailleurs lancé une invitation à cet effet sur les réseaux sociaux.

«Nous devons faire comprendre à ces gens qu’ici, c’est le Québec et que les femmes ont les mêmes droits que les hommes», peut-on lire sur une publication de l’organisation sur les réseaux sociaux. «Nous sommes face à un cas typique pour lequel la Meute a été fondée, protéger nos femmes du mépris manifesté par les intégristes religieux.»

Là aussi, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) promet d’être vigilant et entend déléguer des équipes de médiation sur le terrain vendredi pour tenter d’éviter d’éventuels débordements.

Le dossier a été confié pour vérification à la Commission de la construction du Québec (CCQ), dont les inspecteurs étaient déjà à se pencher sur l’affaire dès mardi soir. La CCQ estimait mercredi matin d’être en mesure de compléter ses vérifications en fin de journée afin de faire la lumière sur ces informations.

«Il est normal qu’on lance des vérifications et qu’on aille voir ce qui se passe pour vrai», a expliqué le directeur des communications de la CCQ, Simon-Pierre Pouliot, qui nous a précisé que ces vérifications étaient déjà amorcées depuis mardi soir «dès qu’on l’a appris par les médias».

Par ailleurs, Me Korbatly a indiqué qu’il avait été mandaté pour étudier la possibilité d’intenter des poursuites non seulement contre TVA, mais aussi contre l’entrepreneur qui est à l’origine des informations en question ainsi que contre la députée de Marie-Victorin, Catherine Fournier, pour avoir relayé la nouvelle sur les médias sociaux.

Le Journal de Montréal avait également mis la nouvelle en ligne sur le web, mais l’a retirée, tout comme il a retiré une chronique écrite sur le sujet. Le reportage était toujours en ligne à TVA mercredi, en début d’après-midi.

Note aux lecteurs: Version corrigée. Il faut bien lire que le message de la députée Catherine Fournier pour relayer la nouvelle sur les médias sociaux n’a pas été retiré, contrairement à ce qu’il était écrit précédemment.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!