FREDERICTON — La ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, suggère que l’approche du Nouveau-Brunswick quant au prix sur le carbone ne respectera pas les critères fixés par Ottawa, mais le premier ministre Brian Gallant persiste et signe.

La province a dévoilé son plan cette semaine qui prévoit réinvestir les taxes sur l’essence et le diesel dans un fonds consacré au changement climatique, plutôt que de présenter une taxe sur le carbone.

Dans un message transmis sur sa page Facebook, la ministre McKenna soutient toutefois que sans nouvelle taxe, le plan du Nouveau-Brunswick «ne créera pas d’incitatif à réduire la pollution».

Elle ajoute qu’il est bien sûr «génial» d’investir dans le climat, mais selon elle, la taxe sur le carbone est plus efficace, car «elle change la façon dont les décisions économiques sont prises en instaurant un signal qui n’existait pas auparavant», tout en signalant que «pollution est coûteuse et que l’innovation et la transition vers des pratiques plus vertes sont récompensées».

Mme McKenna poursuit en disant que le gouvernement fédéral allait évaluer le plan de chaque province l’année prochaine. Si celles-ci ne respectent pas les cibles du gouvernement fédéral, il imposera son propre plan, a-t-elle rappelé.

Mais Brian Gallant dit qu’il est prêt à défendre son approche.

«Nous sommes engagés à éliminer la production d’électricité au charbon d’ici 2030 et nous avons des taxes sur le gaz et le diesel plus hautes qu’en Alberta, qui est la province modèle utilisée pour déterminer le plancher fédéral. Aucune autre province ne peut dire toutes ces choses concernant leur plan sur le changement climatique.»

Le premier ministre a ajouté que la province avait déjà augmenté sa taxe sur l’essence en 2015, et qu’elle ne devrait pas avoir à la hausser une fois de plus.

La taxe fédérale sur le carbone de 10 $ la tonne de gaz à effet de serre en 2018 s’appliquera à tous les types de combustibles fossiles. Elle augmentera de 10 $ par année pour atteindre 50 $ en 2022.

Selon le plan du Nouveau-Brunswick, 2,33 cents par litre des 15,5 cents par litres de la taxe existante sur le diesel seront versés au Fonds pour les changements climatiques l’année prochaine, ce qui augmentera à 11,64 cents par litre en 2022, alors que le montant du diesel sera légèrement à la hausse.

Le gouvernement s’attend à récolter 37 millions $ en 2018, une somme qui passerait à 180 millions $ en 2022 lorsque de nouvelles normes sur la performance industrielle seront imposées aux grands émetteurs.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!