OTTAWA — Le bureau du premier ministre (BPM) a embauché une importante firme d’avocats spécialisée en droit du travail pour gérer l’enquête concernant les allégations sur l’un de ses employés.

Le bureau a demandé au cabinet Rubin Thomlinson LLP d’agir comme une tierce partie indépendante relativement au traitement de la plainte déposée contre Claude-Éric Gagné, le directeur adjoint aux opérations du premier ministre Justin Trudeau.

Janice Rubin, qui avait été engagée par CBC pour mener l’investigation indépendante en ce qui a trait aux allégations contre l’ancien animateur de radio Jian Ghomeshi, figure parmi les associés de la firme. Le BPM n’a toutefois pas précisé si Mme Rubin jouerait un rôle dans le dossier.

M. Gagné, qui a été suspendu le 1er novembre dernier en attendant le résultat de l’enquête, a affirmé qu’il contestait la véracité de ces allégations, mais qu’il collaborait pleinement avec l’enquêteur, qui lui a donné la possibilité de raconter sa version des faits.

Faire appel à une tierce partie pour examiner des allégations de harcèlement au travail est l’une des options qui peuvent être retenues en vertu de la politique régissant les employés du gouvernement fédéral. Toutefois, en théorie, cette politique du Conseil du Trésor ne s’applique pas à ceux qui travaillent pour le BPM.

Le mois dernier, les libéraux avaient proposé de changer les règles liées au harcèlement en milieu de travail, suggérant notamment de les étendre au personnel du BPM.

Interrogé à ce sujet vendredi, M. Trudeau a soutenu qu’il était important à ses yeux de prendre ce genre d’allégations au sérieux.

«Je pense que les gens reconnaissent que dans les milieux de travail à travers le pays et autour du monde, on a besoin d’avoir des processus rigoureux en place pour répondre à des situations de différents types, a-t-il déclaré. C’est pour ça qu’on a adopté des mesures concrètes, qu’on a mis en place des processus rigoureux et qu’on continue d’améliorer ces systèmes-là et de présenter des projets de loi qui vont aider à ce niveau-là.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!