SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Un tribunal de Terre-Neuve-et-Labrador a autorisé mardi la publication de documents qui révèlent que quelques semaines avant son élection, le premier ministre de cette province avait prévenu la police que l’ex-petit ami de sa fille pourrait bien être un assassin recherché.

Dwight Ball était chef du Parti libéral lorsqu’il a contacté la police en octobre 2015. Cinq jours plus tôt, un homme de 63 ans avait été tué en voulant s’interposer lors d’une tentative de vol à main armée dans un hôtel de Saint-Jean.

M. Ball avait informé les enquêteurs que le suspect masqué qui avait été filmé par une caméra de surveillance portait une veste identique à celle qu’on lui avait volée.

Après une chasse à l’homme d’une semaine, les policiers ont finalement arrêté Brandon Phillips, l’ex-petit ami de Jade Ball, la fille du chef libéral. Phillips a été reconnu coupable de meurtre au deuxième degré au début du mois.

Jade Ball n’a jamais été accusée relativement à cette affaire; elle n’a même pas été appelée à témoigner au procès, tout comme son père, d’ailleurs.

Les avocats du premier ministre demandaient mardi au tribunal d’empêcher les médias de dévoiler le contenu de mandats de perquisition liés à ce meurtre. M. Ball avait obtenu une injonction interlocutoire plus tôt ce mois-ci en Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador.

Ses avocats ont plaidé que le chef libéral avait agi à titre de simple citoyen en octobre 2015 en parlant aux enquêteurs. Conscient que les gestes d’un premier ministre peuvent être d’intérêt public, M. Ball estimait cependant qu’en tant que père, il voulait protéger la vie privée d’une personne innocente, sa fille.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!