TORONTO — Une activiste autochtone qui souffre d’une grave maladie du foie rentre chez elle au Labrador après que les autorités ontariennes aient refusé d’inscrire son nom sur une liste d’attente pour une transplantation.

Dans un message transmis lundi soir sur Facebook, Delilah Saunders a écrit qu’elle ne se sentait pas très bien mais que sa condition s’améliorait et qu’elle voulait se reposer à la maison.

Des membres de sa famille ont été à ses côtés au Centre hospitalier universitaire de Toronto. Selon ces proches, Delilah Saunders a été informée qu’elle ne pourrait pas être inscrite sur la liste d’attente pour un foie en Ontario parce qu’elle n’avait pas été sobre depuis au moins six mois.

Delilah Saunders, qui est âgée de 26 ans, est une activiste bien connue au sein de la communauté autochtone de l’Atlantique. Amnistie internationale a pris fait et cause pour elle en saluant sa contribution à la défense des droits des femmes autochtones.

Delilah Saunders avait commencé à militer à la suite de l’assassinat en 2014 de sa soeur Loretta qui étudiait à l’Université St. Mary’s, à Halifax.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!