Getty Images

OTTAWA — Des groupes écologistes craignent que la part québécoise des fonds fédéraux annoncés vendredi pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) serve à financer le développement du gaz naturel.

Greenpeace Canada, le Regroupement vigilance hydrocarbures du Québec et Nature Québec soulignent dans un communiqué diffusé mardi qu’il s’agit «d’un puissant contributeur au changement climatique».

Le Québec obtiendra environ 260 millions $ du gouvernement fédéral pour financer des projets de conversion et d’efficacité énergétique, d’usage de la biomasse dans l’industrie forestière et de traitement du biogaz dans le secteur agricole.

Plus de la moitié de cette somme sera affectée à des projets de conversion énergétique dans les secteurs industriel, manufacturier et commercial de même que dans le secteur public par l’entremise du programme ÉcoPerformance. Il s’agit d’un des programmes du gouvernement du Québec où les réductions de GES sont les plus importantes, selon le rapport annuel du Fonds vert.

Le gouvernement Couillard a été critiqué en juillet pour avoir subventionné l’expansion du réseau de Gaz Métro à même l’argent du Fonds vert. Le gaz naturel est un combustible fossile moins polluant que le charbon ou le pétrole, mais son extraction par fracturation hydraulique est contestée.

Le Québec espère réduire ses émissions de carbone d’un demi-million de tonnes d’ici 2030 grâce au financement d’Ottawa. Cela représente 0,7 pour cent des émissions totales du Québec en 2015, qui s’élevaient à 80 millions de tonnes.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!