Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, admet que la prestation d’aide aux sinistrés des inondations du printemps dernier doit être améliorée, tout comme la gestion des prochaines catastrophes naturelles qui seront inévitables à l’avenir.

Le ministre participait mardi avec une brochette de députés du gouvernement à un forum sur les leçons à retenir des inondations qui ont touché plusieurs régions du Québec au printemps.

En point de presse en clôture de l’événement qui se tenait à Québec, M. Coiteux a reconnu qu’il serait opportun de «simplifier» le programme d’aide aux sinistrés pour qu’il soit plus facile à «cogérer» avec les municipalités.

M. Coiteux a assuré que les autorités tentaient «d’accélérer» les démarches, notamment quant aux remboursements. Selon le ministère plus de 6000 demandes de réclamation ont été soumises et jusqu’ici, 100 millions $ ont été versés.

Actuellement, 120 familles évacuées de leur résidence sont toujours hébergées dans des hôtels. Il y en avait 1100 au départ.

Selon un sondage commandé par le gouvernement et mené auprès de sinistrés du printemps, plus de la moitié des répondants étaient relativement insatisfaits du programme d’aide, surtout à Montréal. Les critiques portaient notamment sur le montant octroyé et la qualité du service reçu par le gouvernement et la municipalité.

De plus, près de la moitié des répondants se sont dit peu ou pas du tout satisfaits du soutien de leur municipalité. Plus du tiers se disaient peu ou pas du tout satisfaits des informations fournies en vue de la réintégration de leur domicile.

Le sondage a été effectué auprès de 452 sinistrés provenant de différentes régions du Québec. La marge d’erreur est de plus ou moins 4,4 points de pourcentage.

Leçons pour l’avenir

Le ministre a souligné que ce forum avait aussi permis de trouver des pistes pour mieux se préparer à de futures catastrophes naturelles, afin de mieux gérer la crise qu’au printemps.

M. Coiteux a promis de déposer un «plan d’action» dès l’hiver prochain, avant la saison des crues. Le plan sera axé sur les trois phases des inondations: l’avant, le pendant et l’après.

«On peut faire mieux dans ces trois phases-là. Il faut absolument faire beaucoup mieux dans la phase de rétablissement. Il faut qu’on partage l’information de façon beaucoup plus fluide entre nous. S’il y a des éléments de la loi qu’il faut changer, on le fera», a-t-il expliqué aux journalistes.

Le ministre compte notamment modifier la loi pour obliger toutes les municipalités à se doter d’un plan de mesures d’urgence, alors que plusieurs d’entre elles n’en n’ont pas en ce moment.

«Mais on va le faire avec l’accompagnement nécessaire. Toutes les municipalités n’ont pas les mêmes capacités, les mêmes moyens de se monter rapidement un plan d’urgence, mais on va les accompagner», a-t-il soutenu.

Selon le sondage commandé par le ministère, les sinistrés conseillent à l’avenir au gouvernement de mieux gérer les cours d’eau, ainsi que les barrages et d’informer les gens davantage. Les répondants demandent aussi aux autorités de réagir plus rapidement et de déployer des mesures préventives.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!